Skip Navigation Links
Centers for Disease Control and Prevention
 CDC Home Search Health Topics A-Z

Preventing Chronic Disease: Public Health Research, Practice and Policy

View Current Issue
Issue Archive
Archivo de números en español








Emerging Infectious Diseases Journal
MMWR


 Home 

Volume 7 : Nº 1, janvier 2010

ÉTUDE ORIGINALE
Différences ethniques et régionales de la prévalence et des corrélats des maladies chroniques et des facteurs de risque dans le nord du Canada


TABLE DES MATIÈRES


Translation available Cet article est en anglais
Print this article Imprimer cet article
E-mail this article Envoyer cet article
par courriel



Send feedback to editors Envoyer des commentaires aux éditeurs


Navigation dans cet article

Résumé
Introduction
Méthodes
Résultats
Discussion
Remerciements
Renseignements sur les auteurs
Références
Tableaux


Joykrishna Sarkar, MSc; Lisa M. Lix, PhD; Sharon Bruce, PhD; T. Kue Young, MD, PhD

Citation suggérée pour le présent article: Sarkar J, Lix LM, Bruce S, Young TK. Différences ethniques et régionales de la prévalence et des corrélats des maladies chroniques et des facteurs de risque dans le nord du Canada. Prev Chronic Dis 2010;7(1):A13. http://www.cdc.gov/pcd/issues/2010/
jan/09_0001_fr.htm
. Consulté le [date].

RÉVISION PAR LES PAIRS

Résumé

Introduction
Nous avons enquêté sur les variations ethniques et géographiques des maladies chroniques et des facteurs de risque principaux dans le nord du Canada, une région où les environnements social, culturel et physique se transforment rapidement.

Méthodes
Les données déclarées volontairement ont été tirées de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes 2000-2001 et 2005-2006 basée sur une population de répondants autochtones et non-autochtones des 3 régions du nord du Canada : le Yukon, les Territoires du Nord-Ouest et le Nunavut. Les prévalences estimées brutes, les rapports de cotes ajustés (RCA) et les intervalles de confiance ont été calculés pour plusieurs maladies chroniques et facteurs de risque.

Résultats
Le pourcentage de répondants autochtones ayant signalé souffrir d’un état de santé chronique a augmenté entre les 2 cycles de collecte de données, mais n’a pas changé pour les répondants non-autochtones. Les RCA de maladie cardiaque, d’arthrite et d’asthme ont varié en fonction de l’ethnicité et de la région. Les RCA de surpoids, d’obésité, de tabagisme quotidien, de consommation alcoolique régulière et occasionnelle excessive, et de rareté de l’activité physique/de loisir ont aussi beaucoup varié entre les répondants autochtones et non-autochtones, et entre les répondants des 3 régions nordiques.

Conclusion
Le profil de santé en évolution dans le nord du Canada suggère que les autorités doivent agir au niveau des politiques sanitaires pour privilégier les interventions de prévention primaire communautaires et effectuer des recherches supplémentaires sur les déterminants de la santé et l’utilisation des soins de santé.

Haut de la page

Introduction

Les environnements social, culturel et physique se transforment rapidement pour les habitants des régions circumpolaires du Canada. Les scientifiques sont de plus en plus préoccupés par les effets qu’ont ces changements sur la santé des populations, surtout celle des autochtones, dont les Premières Nations, les Inuits et les Métis. La prévalence accrue des « maladies de la modernisation », comme le diabète et l’hypertension, a déjà été remarquée (1). Dans le nord du Canada, plus de la moitié des habitants sont autochtones, essentiellement des Premières Nations et des Inuits, contrairement aux autres régions circumpolaires où les autochtones sont minoritaires (2).

Bien que la population du nord du Canada soit éparse et que les communautés soient éparpillées sur le plan géographique, cette région a connu une croissance rapide au cours de ces dernières années. La population totale a récemment dépassé les 100 000 habitants (3); l’augmentation la plus significative a eu lieu dans les Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O) et dans le Nunavut. Le nord du Canada a un produit domestique brut (PDB) par personne plus élevé que l’ensemble du Canada et le PDB des T.N.-O est environ 2,5 fois celui du Canada, surtout à cause de l’augmentation des activités liées à l’extraction des ressources naturelles (4). Cependant, la distribution de cette richesse est inégale; les indicateurs socio-économiques indiquent que les autochtones de la région sont désavantagés (2).

Les conditions et styles de vie des autochtones du Canada varient beaucoup. Certaines tendances en matière de maladie et de mortalité au niveau de la population attirent de plus en plus d’attention. À titre d’exemple, la prévalence de certaines maladies chroniques, notamment le diabète, les maladies cardiaques et l’hypertension, est plus élevée parmi les Premières Nations que dans le reste de la population canadienne; la prévalence de certains facteurs de risque, comme le tabagisme et la rareté de l’activité physique, est aussi passablement plus élevée parmi les Premières Nations que dans le reste de la population canadienne (5). Bien que la prévalence de nombreuses maladies chroniques soit moins élevée parmi les Inuits que dans le reste de la population canadienne, la prévalence du tabagisme est plus élevée et l’obésité est aussi en augmentation (2). Cependant, il n’y a pas eu suffisamment de recherche sur la variation de ces maladies chroniques et les facteurs de risque afférents au sein des populations du nord du Canada.

Haut de la page

Méthodes

Conception de l’étude et source des données

Nous avons effectué une analyse transversale relative à 2 périodes à partir des données de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes (ESCC) basée sur une population (http://www.statcan.gc.ca/concepts/hs-es/index-eng.htm). L’ESCC est une enquête nationale sur la santé de Statistique Canada qui fournit des renseignements réguliers et opportuns sur l’état de santé, les déterminants de la santé et l’utilisation du système de santé pour 136 régions sanitaires du Canada, y compris les 3 régions du nord du Canada : le Yukon, les T.N.-O et le Nunavut. Cette enquête couvre environ 98 % de la population canadienne âgée de plus de 12 ans; les habitants des réserves indiennes et d’autres terres publiques, les pensionnaires d’un établissement institutionnel et les membres à temps plein des Forces canadiennes en sont exclus.

Le premier cycle de collecte des données, le cycle 1.1, s’est étendu sur 14 mois, du 1er septembre 2000 au 2 novembre 2001. En tout, 131 535 répondants ont participé à l’étude et le taux de réponse global a été de 84,7 %. Depuis le premier cycle, la collecte des données s’est produite à des intervalles réguliers de 2 ans (22). Les plus récentes données disponibles proviennent du cycle 3.1; elles ont été recueillies entre le 4 janvier 2005 et le 8 janvier 2006. Il y a eu 132 947 répondants et le taux de réponse global a été de 78,9 % (22). Dans le nord du Canada, le taux de réponse du cycle 3.1 a été de 81,6 % au Yukon, de 81,7 % dans les T.N.-O et de 87,7 % dans le Nunavut (24).

Tous les répondants du cycle 1.1 ou 3.1 qui se sont déclarés volontairement comme résidents du Yukon, des T.N.-O ou du Nunavut ont été inclus dans l’étude. Nous nous sommes concentrés sur la population adulte; donc, les jeunes de moins de 20 ans ont été exclus.

Le Health Research Ethics Board de l’Université du Manitoba a approuvé cette recherche. Statistique Canada nous a accordé accès aux données et nous avons effectué nos analyses au sein de l’environnement sécurisé du Centre de données de recherche de Statistique Canada à l’Université du Manitoba.

Indicateurs de l’étude

Nous avons choisi les indicateurs des résultats des modules suivants de l’ESCC : maladies chroniques, taille et poids, tabagisme, consommation d’alcool et activité physique. Le contenu et les questions du module ont évolué au fil du temps; nous avons donc choisi les questions communes aux deux cycles d’enquête.

Dans le module sur les maladies chroniques, on a demandé aux répondants si un professionnel de la santé avait déjà diagnostiqué certaines maladies chroniques. Pour le premier cycle, seules les conditions physiques étaient incluses. Pour le deuxième cycle, il y a eu enquête sur les conditions tant physiques que mentales. Des variables de réponses dichotomiques (c.-à-d. présence/absence) communes aux deux cycles d’enquête ont été définies pour les maladies suivantes : asthme, arthrite/rhumatisme, maladies entériques, cancer, diabète, emphysème/maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), maladie du cœur, hypertension et AVC. De plus, il y a eu inclusion d’une variable dichotomique développée par les spécialistes de la méthodologie de l’ESCC pour indiquer la présence d’une maladie chronique. Les maladies suivantes ont servi à définir cet indicateur de l’état de santé : allergies alimentaires, autres allergies, asthme, fibromyalgie, arthrite/rhumatisme, hypertension, problèmes du dos, migraines, bronchite chronique, emphysème, MPOC, diabète, épilepsie, maladie du cœur, cancer, ulcères d’estomac ou des intestins, incontinence urinaire, maladies entériques, cataractes, glaucome, maladie de la thyroïde, syndrome de fatigue chronique, polysensibilité chimique et toute autre maladie à long terme qu’a diagnostiquée un professionnel de la santé.

L’indice de masse corporelle (IMC) a été calculé à partir des données sur le poids et la taille. Il y a eu définition de deux catégories conformément aux directives canadiennes (6) : 1) surpoids, IMC entre 25,0 et 29,9; et 2) obésité, IMC de 30,0 ou plus.

Dans le module sur le tabagisme, on a demandé aux répondants s’ils fumaient tous les jours, de temps à autre ou jamais. À partir de ces résultats, nous avons élaboré une seule variable dichotomique sur le tabagisme quotidien (oui/non).

Nous avons utilisé les questions sur la fréquence de la consommation d’alcool pour définir les catégories mutuellement exclusives suivantes de buveurs : régulier, occasionnel, ancien ou jamais. Les buveurs réguliers sont les répondants qui, au cours des 12 derniers mois, ont consommé de l’alcool au moins une fois par mois. Les buveurs occasionnels sont les répondants qui, au cours des 12 derniers mois, ont consommé de l’alcool moins d’une fois par mois. Les anciens buveurs sont les répondants qui, au cours des 12 derniers mois, n’ont pas consommé d’alcool, mais qui en ont déjà consommé. Les données ont servi à élaborer une seule variable dichotomique : buveur régulier (oui/non). Pour définir la consommation occasionnelle excessive d’alcool, on a demandé aux répondants combien d’alcool ils avaient consommé, surtout s’ils avaient bu 5 consommations ou plus lors d’une même occasion (7).

Nous avons calculé la fréquence mensuelle moyenne de toute activité physique d’au moins 15 minutes en utilisant les réponses sur l’activité physique d’au moins 15 minutes pendant les 3 mois précédant la date de l’entrevue. Les répondants ont été classés ainsi : activité physique régulière, c.-à-d. 12 occasions d’activité physique ou plus en moyenne par mois, soit 3 fois ou plus par semaine; activité physique occasionnelle, c.-à-d. de 4 à 11 occasions d’activité physique en moyenne par mois; et activité physique rare, c.-à-d. moins de 4 occasions d’activité physique en moyenne par mois. Ces catégories de réponse ont été regroupées en une variable dichotomique comprenant les catégories rare et régulier/occasionnel. Les niveaux d’activité physique de loisir étaient fonction de la dépense d’énergie quotidienne totale de chaque répondant durant son activité physique de loisir (8). Les répondants ont d’abord été catégorisés ainsi : actifs (≥ 3,0 kcal/kg/jour); modérés (de 1,5 à 2,99 kcal/kg/jour); ou inactifs (de 0 à 1,49 kcal/kg/jour); les 2 premières catégories ont été regroupées. Les activités physiques de loisir étaient les suivantes : activités individuelles, comme la marche, le jogging, la natation, la pêche et le jardinage; et sports d’équipe, comme le hockey sur glace, le basket-ball, le volley-ball et le soccer.

On a distingué les répondants autochtones et non-autochtones par une question sur les antécédents culturels ou raciaux. Dans le cadre de l’ESCC, le mot « autochtones » englobe les groupes d’Indiens d’Amérique du Nord, de Métis et d’Inuits/Esquimaux.

Analyses statistiques

Les données des cycles 1.1 et 3.1 ont été analysées séparément. Toutes les analyses ont utilisé des pondérations; elles garantissent que les estimations finales sont représentatives de la population totale des 3 régions du nord du Canada.

Le pourcentage des répondants signalant chaque maladie chronique et facteur de risque a été calculé, ainsi que les intervalles de confiance de 95 %. Une analyse de régression logistique multiple pondérée a servi à vérifier l’association entre chaque maladie chronique ou facteur de risque et l’ethnicité et la région. Chaque modèle comptait les covariables groupe d’âge (de 20 à 44 ans, de 45 à 54 ans, de 55 à 64 ans, de 65 à 74 ans et ≥ 75 ans) et sexe. La catégorie de référence pour l’ethnicité était non-autochtone et, pour la région, les T.N.-O. C’est cette dernière qui a été choisie parce que, du point de vue géographique, elle se situe entre les 2 autres régions et sa population compte environ la même proportion d’autochtones et de non-autochtones.

Nous avons utilisé une méthode bootstrap pour calculer les intervalles de confiance (IC) de 95 % pour les rapports de cotes ajustés (RCA) et les valeurs de P (9-11). La méthode bootstrap échantillonne aléatoirement avec remplacement l’ensemble initial des observations et offre une distribution type pour un paramètre de la population (RCA, par exemple). Le logiciel SAS, version 9.1 (SAS Institute, Inc, Cary, Caroline du Nord), a servi à toutes les analyses. Nous avons utilisé une macro SAS développée par les spécialistes de la méthodologie de Statistique Canada pour calculer les IC de 95 % bootstrap; ils étaient basés sur 500 échantillons, comme le recommandent les développeurs de la macro.

Haut de la page

Résultats

Il y a eu 2 074 répondants du nord du Canada pour le cycle 1.1 et 2 166 pour le cycle 3.1. Environ un quart (26,7 %) des répondants du cycle 1.1 provenait du Nunavut, un tiers (33,6 %), du Yukon et le reste, des T.N.-O (39,8 %) (Tableau 1). La distribution géographique des répondants était semblable à celle du cycle 3.1. Environ 40 % des répondants de chaque cycle étaient autochtones, bien que la composition ethnique ait varié parmi les 3 régions.

Dans le premier cycle, le pourcentage de répondants autochtones qui a signalé une maladie de santé chronique était inférieur à celui des répondants non-autochtones (Tableau 2). Cependant, il y a eu augmentation notoire entre les 2 cycles pour les répondants autochtones (8,8 points de pourcentage de différence), mais pas pour les répondants non-autochtones (0,6 point de pourcentage de différence). Cette augmentation a été observée tant chez les jeunes (de 20 à 54 ans) que chez les plus âgés (≥ 55 ans) (Figure). Dans le premier cycle, les répondants du Yukon ont signalé la prévalence brute de maladies chroniques la plus élevée et les prévalences estimées pour les répondants des T.N.-O et du Nunavut étaient semblables. Les prévalences estimées relatives toute maladie chronique étaient semblables pour toutes les régions entre les cycles 1.1 et 3.1, à l’exception des T.N.-O où il y a eu augmentation.

Bar chart

Figure. Pourcentages de toute maladie chronique par ethnicité et âge, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycle 1.1 (2000-2001) et cycle 3.1 (2005-2006) (plage d’erreur = intervalle de confiance de 95 %). [Une version tabulaire de la présente figure est également disponible.]

La prévalence de toutes les maladies chroniques sur lesquelles il y a eu enquête était semblable dans les cycles 1.1 et 3.1. L’arthrite est la maladie chronique la plus fréquemment signalée; 13 % des répondants du nord du Canada l’ont signalée, devant l’hypertension (environ 10 %) et l’asthme (environ 8 %) (Tableau 2). Les prévalences estimées étaient légèrement plus élevées pour les répondants du Yukon que pour ceux des 2 autres régions. Les données pour certaines maladies et certains facteurs de risque n’ont pas été incluses dans nos analyses en raison de leur rareté. En particulier, aucunes données sur les maladies entériques, le cancer, l’emphysème/la MPOC et l’AVC n’ont été signalées.

Environ un quart des répondants autochtones et non-autochtones souffrait de surpoids et environ 20 % souffraient d’obésité pour le cycle 1.1 (Tableau 2). Entre les 2 cycles de collecte de données, il y a eu augmentation (5,3 points de pourcentage de différence) quant au surpoids pour les répondants non-autochtones, mais pas pour les répondants autochtones. Il y a eu augmentation quant à l’obésité pour les répondants autochtones (5,2 points de pourcentage de différence) et non-autochtones (2,6 points de pourcentage de différence). Environ un tiers des répondants des T.N.-O ont été classés comme étant en surpoids dans le cycle 1.1; la prévalence était plus faible dans les 2 autres régions.

Plus de la moitié des répondants autochtones étaient fumeurs réguliers dans les cycles 1.1 (52,5 %) et 3.1 (50,2 %), mais moins d’un tiers (29,9 %) des répondants non-autochtones du premier cycle et d’un quart (23,5 %) du deuxième cycle l’étaient. Le taux de tabagisme était plus élevé au Nunavut (50,2 %) et moins élevé au Yukon (27,8 %) dans le cycle 3.1. La consommation d’alcool régulière et occasionnelle excessive était plus élevée chez les répondants non-autochtones du Yukon. La prévalence d’activité physique rare et d’inactivité en cours de temps libre était plus élevée parmi les répondants non-autochtones et du Nunavut (Tableau 2).

Les cotes ajustées des maladies de santé chroniques étaient nettement plus faibles et celles de maladie du cœur, nettement plus élevées, pour les répondants autochtones dans le cycle 1.1, mais les RCA de ces 2 variables n’étaient pas significatifs (toute maladie chronique, P = 0,61; maladie du cœur, P = 0,78) pour le cycle 3.1 (Tableau 3). Dans les deux cycles d’enquête, parmi les répondants autochtones, les cotes de tabagisme quotidien et d’activité physique rare étaient plus élevées pour les répondants non-autochtones, mais les cotes de consommation d’alcool régulière ou occasionnelle excessive, plus faibles. De plus, les RC du tabagisme quotidien et de l’activité physique rare étaient plus importants dans le cycle 3.1 que dans le cycle 1.1.

Par région, les cotes des maladies chroniques étaient plus élevées pour les répondants du Yukon dans le cycle 1.1 (Tableau 3). Les cotes d’arthrite étaient plus faibles pour les répondants du Nunavut dans le cycle 1.1. Les cotes d’asthme étaient plus faibles pour les répondants du Nunavut dans les deux cycles. Il n’y a pas de différence régionale pour les autres maladies chroniques.

Pour les répondants du Yukon, bien qu’il y ait eu d’importantes différences en matière de RCA pour les facteurs de risque, ceux pour l’obésité et l’inactivité en cours de temps libre (cotes plus faibles) ont été observés dans les deux cycles (Tableau 3). Pour les répondants du Nunavut, les cotes de tabagisme quotidien étaient plus élevées que pour les autres régions dans les deux cycles, et les cotes de consommation d’alcool régulière étaient nettement plus faibles dans le cycle 1.1.

Haut de la page

Discussion

Ces données d’enquête sur la santé basée sur une population suggèrent que les maladies chroniques et les facteurs de risque ne sont pas distribués uniformément entre les groupes ethniques et les régions géographiques du nord du Canada, et que certains changements négatifs sont intervenus dans leur distribution pendant une période relativement courte.

Certains résultats de cette étude confirment les recherches antérieures comparant les populations autochtones et non-autochtones dans le sud du Canada et dans d’autres pays, mais pas tous. À titre d’exemple, les taux de tabagisme signalés ailleurs sont plus élevés parmi les autochtones que parmi les non-autochtones (8,12). Une étude antérieure comparant les maladies chroniques et les facteurs de risque entre les populations du nord et du sud du Canada a révélé que la prévalence du surpoids et de l’obésité, du tabagisme quotidien et de l’inactivité physique était plus élevée chez les autochtones que chez les non-autochtones (13). Cependant, nous avons découvert que ces facteurs de risque varient beaucoup chez les populations du nord du Canada. De plus, quant au surpoids, des études récentes suggèrent que le surpoids est beaucoup plus élevé chez les autochtones canadiens que chez les non-autochtones qui ont déclaré volontairement qu’ils étaient de race blanche (14,15), ce qui contredit nos résultats. Cette différence peut être en partie due au fait que le groupe des non-autochtones de cette étude n’était pas limité aux Blancs.

Le surpoids, l’obésité, le tabagisme, la consommation occasionnelle excessive d’alcool et l’inactivité menacent la santé à long terme des populations nordiques du Canada. L’excédent de poids et le tabagisme augmentent le risque de maladie cardiovasculaire (16), le tabagisme est associé à l’augmentation de certaines formes de cancer et l’excédent de poids peut aussi contribuer au développement de maladies musculosquelettiques chroniques.

Une étude récente qui a examiné la documentation sur les comportements de dépistage du cancer déclaré volontairement et la race, a découvert une partialité plus élevée dans les comportements à déclaration volontaire au sein de groupes minoritaires raciaux et ethniques, y compris chez les Indiens d’Amérique du Nord; on suppose que divers facteurs, dont la motivation, la cognition (c.-à-d. la connaissance en matière de santé et de techniques de dépistage) et l’environnement des soins de santé, contribuent à la partialité des estimations provenant des données déclarées volontairement (17). Il se peut que les prévalences estimées des maladies chroniques ne concordent pas avec celles obtenues d’autres sources basées sur une population. À titre d’exemple, on a découvert dans 1 étude que les données d’enquête et administratives concordaient le plus quant au diabète et à l’hypertension, mais beaucoup moins quant à l’arthrite et à la maladie du cœur (18).

Notre étude présente certaines limites. Nous avons utilisé des données déclarées volontairement, ce qui peut sous-estimer la prévalence du surpoids, de l’obésité, du tabagisme et de la consommation occasionnelle excessive d’alcool et surestimer celle de l’activité physique (19). Les services de soins de santé et les programmes de dépistage pour les peuples autochtones dans le nord du Canada pourraient être moins accessibles qu’ils ne le sont aux non-autochtones; cela pourrait occasionner une partialité quant à la déclaration volontaire de maladies chroniques, parce que les questions de l’enquête de cette étude ciblaient les maladies diagnostiquées par un professionnel de la santé (8). Les indicateurs du surpoids et de l’obésité développés pour les populations européennes pourraient ne pas être appropriés pour les populations autochtones (20), surtout les Inuits dont les ancêtres sont asiatiques (21); en général, les populations de descendance asiatique ont plus de facteurs de risque et une masse grasse plus élevée que ceux de souche européenne dont l’IMC est le même. L’activité physique de loisir n’inclut pas les activités exécutées au travail (p. ex. travail physique), à l’école (p. ex. éducation physique), ou à la maison (p. ex. tâches ménagères). L’indicateur de toute maladie chronique utilisé dans le cadre de la présente enquête offre un indicateur global de l’état de santé, mais masque les changements des maladies individuelles; une augmentation de cet indicateur ne représente pas nécessairement une augmentation de la prévalence de toutes les maladies chroniques. L’ESCC couvre 90 % de la population du Yukon et 97 % de celle des T.N.-O, mais seulement 71 % de celle du Nunavut (22) (les données ont été collectées seulement au sein des 10 plus importantes communautés du Nunavut). Ainsi, les résultats de cette dernière région pourraient ne pas être aussi représentatifs de toute la population que ceux des 2 autres régions. Enfin, nous avons utilisé des données transversales pour estimer la variation des maladies chroniques et des facteurs de risque au lieu d’utiliser des indicateurs répétés sur la même cohorte de répondants pour étudier l’évolution de la santé.

Bien que ces résultats d’enquête puissent offrir une analyse sélective de l’état de santé et de ses déterminants, il faudra d’autres analyses et sources de données basées sur une population pour obtenir une vue d’ensemble des maladies chroniques dans le nord du Canada, de son rapport avec l’utilisation des soins de santé et l’effet des interventions communautaires sur les changements de l’état de santé. Il n’y a pas assez d’information sur les différents groupes autochtones, surtout sur les Inuits et les Premières Nations, chez qui la distribution des maladies et des facteurs de risque est différente. Les données provenant de multiples cycles de l’ESCC pourraient être regroupées pour que la taille de l’échantillon permette de comparer les Premières Nations et les Inuits du nord du Canada. Les données administratives, y compris celles des dossiers d’hôpitaux et des médecins, sont 1 source de données régulièrement collectées servant à étudier davantage les variations ethniques et régionales en matière de maladies chroniques et leur association avec l’utilisation des soins de santé (18). L’Enquête auprès des peuples autochtones lancée par le gouvernement fédéral en 2001, vise à combler les lacunes d’autres sources, y compris l’absence de données sur certains déterminants de la santé autochtone (p. ex. l’habitation, l’emploi et la mobilité résidentielle). Il faut plus de politiques en matière de santé prenant la culture en compte et privilégiant les interventions préventives (23).

Les résultats de notre recherche, qui suggèrent une augmentation globale de la prévalence des maladies chroniques au sein des populations autochtones et des tendances négatives quant à la distribution des facteurs de risque, soulignent l’importance des interventions préventives primaires au niveau communautaire et des soins de première ligne dans les communautés nordiques.

Haut de la page

Remerciements

Cette recherche a été rendue possible grâce à une subvention d’équipe des Instituts de recherche en santé au Canada (IRSC) « CIHR Team in Circumpolar Health Research » (CTP-79853) et au Réseau canadien de l’arthrite (07-NAARI-04).

Haut de la page

Renseignements sur les auteurs

Auteur correspondant : Lisa M. Lix, PhD, École de Santé publique, Université de la Saskatchewan, 107 Wiggins Rd., Saskatoon, SK Canada S7N 5E5. Téléphone : 306-966-1617. Courriel : lisa.lix@usask.ca.

Affiliations d’auteurs : Joykrishna Sarkar, Sharon Bruce, Université du Manitoba, Winnipeg, Canada; T. Kue Young, Université de Toronto, Toronto, Canada.

Haut de la page

Tableaux

  1. Bjerregaard P, Young TK, Dewailly E, Ebbesson SOE. Indigenous health in the Arctic: an overview of the circumpolar Inuit population. Scand J Public Health 2004;32:390-95.
  2. Young TK, Bjerregaard P, editors. Health transitions in Arctic populations. Toronto, Ontario (CA): University of Toronto Press; 2008.
  3. Statistics Canada. Census trends: 2006 census [homepage on the Internet]. Ottawa: Government of Canada; Catalogue no. 92-596-XWE. http://www12.statcan.ca/english/census06/data/trends/. Accessed November 4, 2008.
  4. Duhaime G, Andrée C. The economy of the circumpolar Arctic. In: Glomsrød S, Aslaksen I, editors. The economy of the North. Oslo (NO): Statistics Norway; 2006. p. 16-25.
  5. Waldram JB, Herring DA, Young TK. Aboriginal health in Canada: historical, cultural, and epidemiological perspectives. 2nd edition. Toronto, Ontario (CA): University of Toronto Press; 2006.
  6. Office of Nutrition Policy and Promotion. Canadian guidelines for body weight classification in adults. Ottawa (ON): Health Canada; 2003. Catalogue no. H49-179/2003E.
  7. Reynolds DL, Chambers LW, DeVillaer MR. Measuring alcohol abuse in the community: consumption, binge-drinking, and alcohol-related consequences (“alcoholism”). Can J Public Health 1992;83:441-7.
  8. Tjepkema M. Adult obesity. Health Rep 2006;17:9-25.
  9. Rao JNK, Wu CFJ, Yue K. Some recent work on resampling methods for complex surveys. Survey Methodol 1992;18:209-17.
  10. Rust KF, Rao JN. Variance estimation for complex surveys using replication techniques. Stat Methods Med Res 1996;5(3):283-310.
  11. Yeo D, Mantel H, Liu TP. Bootstrap variance estimation for the National Population Health Survey. Proceedings of the Annual Meeting of the American Statistical Association, survey research methods section; August 8-12, 1999; Baltimore, Maryland. Alexandria (VA): American Statistical Association; 1999. p. 778-83.
  12. Shields M, Tremblay S. The health of Canada’s communities. Health Rep 2002;13:1-24.
  13. Deering KN, Lix LM, Bruce S, Young TK. Chronic diseases and risk factors in Canada’s northern populations: longitudinal and geographic comparisons. Can J Public Health 2009;100:14-7.
  14. Tremblay MS, Perez CE, Ardern CI, Bryan SN, Katzmarzyk PT. Obesity, overweight and ethnicity. Health Rep 2005;16:23-34.
  15. Garriguet D. Obesity and the eating habits of the Aboriginal population. Health Rep 2008;19:21-35.
  16. Tanuseputro P, Manuel DG, Leung M, Nguyen K, Johansen H. Risk factors for cardiovascular disease in Canada. Can J Cardiol 2003;11:1249-59.
  17. Burgess DJ, Powell AA, Griffin JM, Partin MR. Race and validity of self-reported cancer screening behaviors: development of a conceptual model. Prev Med 2009;48:99-107.
  18. Lix LM, Yogendran MS, Shaw SY, Burchill C, Metge C, Bond R. Chronic disease case ascertainment from administrative data: agreement with survey data. Chronic Dis Can 2008;29:31-8.
  19. Gorber SC, Shields M, Tremblay MS, McDowell I. The feasibility of establishing correction factors to adjust self-reported estimates of obesity. Health Rep 2008;19:71-82.
  20. Lear SA, Humphries KH, Frohlich JJ, Birmingham CL. Appropriateness of current thresholds for obesity-related measures among Aboriginal people. CMAJ 2007;177:1499-505.
  21. Young TK, Bjerregaard P, Dewailly E, Risica PM, Jørgensen ME, Ebbesson SEO. Prevalence of obesity and its metabolic correlates among the circumpolar Inuit in three countries. Am J Public Health 2007;97:691-5.
  22. Statistics Canada. Canadian community health survey cycle 3.1: public user microdata file user guide. 2006. http://www.statcan.gc.ca/imdb-bmdi/document/3226_D20_T1_V1-eng.pdf. Accessed November 8, 2008.
  23. Wardman D, Quantz D, Tootoosis J, Khan N. Tobacco cessation drug therapy among Canada’s Aboriginal people. Nicotine Tob Res 2007;9:607-11.
  24. Statistics Canada. Response rates by province, territory, and health region, Canadian community health survey cycle 3.1, January to December 2005. 2006. http://www.statcan.gc.ca/imdb-bmdi/document/3226_D19_T9_V1_B.pdf. Accessed August 23, 2009.

Haut de la page

 



 

Tableaux

Return to your place in the textTableau 1. Caractéristiques des répondants de l’Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycles 1.1 (2000-2001) et 3.1 (2005-2006)
Cycle/Caractéristiques  Yukon Nbre de répondants (%) T.N.-O Nbre de répondants (%) Nunavut Nbre de répondants (%) Nbre total de répondants (%)
Cycle 1.1
Total 696 (100) 825 (100) 553 (100) 2 074 (100)
Ethnicitéa
Autochtone 120 (17,2) 382 (46,3) 364 (65,8) 866 (41,8)
Non-autochtone 560 (80,5) 429 (52,0) 185 (33,5) 1 174 (56,6)
Sexe
Homme 324 (46,6) 410 (49,7) 295 (53,4) 1 029 (49,6)
Femme 372 (53,5) 415 (50,3) 258 (46,7) 1 045 (50,4)
Âge, ans
De 20 à 34 191 (27,4) 299 (36,2) 274 (49,6) 764 (36,8)
De 35 à 44 194 (27,9) 237 (28,7) 138 (25,0) 569 (27,4)
De 45 à 54 167 (24,0) 166 (20,1) 68 (12,3) 401 (19,3)
≥ 55 144 (20,7) 123 (14,9) 73 (13,2) 340 (16,4)
Cycle 3.1
Total 731 (100) 830 (100) 605 (100) 2 166 (100)
Ethnicitéa
Autochtone 132 (18,1) 305 (36,7) 373 (61,7) 810 (37,4)
Non-autochtone 590 (80,7) 522 (62,9) 228 (37,7) 1 340 (61,9)
Sexe
Homme 338 (46,2) 406 (48,9) 328 (54,2) 1 072 (49,5)
Femme 393 (53,8) 424 (51,1) 277 (45,8) 1 094 (50,5)
Âge, ans
De 20 à 34 176 (24,1) 314 (37,8) 281 (46,5) 771 (35,6)
De 35 à 44 167 (22,9) 196 (23,6) 155 (25,6) 518 (23,9)
De 45 à 54 190 (26,0) 152 (18,3) 92 (15,2) 434 (20,0)
≥ 55 198 (27,1) 168 (20,2) 77 (12,7) 443 (20,5)

Abréviation : T.N.-O, Territoires du Nord-Ouest.
a Le total des pourcentages pourrait ne pas être égal à 100 à cause de données manquantes.

Return to your place in the textTableau 2. Pourcentages bruts (IC de 95 %) pour les maladies chroniques et les facteurs de risque majeurs par ethnicité et région, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycles 1.1 (2000-2001) et 3.1 (2005-2006)
Ethnicité ou région/Facteurs de risque ou maladie chronique des répondantsa Répondants du cycle 1.1 % brut (IC de 95 %) Répondants du cycle 3.1 % brut (IC de 95 %)
Autochtone
Toute maladie chronique 48,5 (46,0 à 51,1) 57,3 (53,2 à 61,3)
Arthrite 11,6 (10,0 à 13,2) 11,5 (8,8 à 14,1)
Asthme 6,1 (4,9 à 7,4) 6,3 (4,0 à 8,5)
Diabète 3,2 (2,1 à 4,3) 3,8 (2,2 à 5,4)
Maladie du cœur 5,1 (3,9 à 6,2) 2,7 (1,3 à 4,1)
Hypertension 9,4 (7,8 à 11,1) 10,9 (8,3 à 13,5)
Surpoids 28,6 (26,1 à 31,0) 26,2 (22,1 à 30,2)
Obésité 20,2 (18,1 à 22,4) 25,4 (20,5 à 30,2)
Fumeur quotidien 52,5 (50,0 à 55,0) 50,2 (45,7 à 54,8)
Buveur régulier 44,4 (42,5 à 46,3) 51,6 (46,5 à 56,7)
Buveur occasionnel excessif 17,7 (16,4 à 19,0) 22,9 (19,7 à 26,1)
Activité physique rare 28,3 (26,5 à 30,1) 29,2 (24,6 à 33,8)
Inactivité en cours de temps libre 52,7 (50,5 à 55,0) 58,0(53,0 à 63,1)
Non-autochtone
Toute maladie chronique 61,6 (58,1 à 65,1) 62,2 (57,8 à 66,5)
Arthrite 13,7 (12,1 à 15,4) 14,9 (12,5 à 17,3)
Asthme 8,5 (6,2 à 10,7) 8,6 (6,6 à 10,5)
Diabète 3,1 (2,3 à 3,9) 3,8 (2,5 à 5,0)
Maladie du cœur 3,3 (2,1 à 4,4) 2,7 (1,9 à 3,6)
Hypertension 9,4 (7,6 à 11,2) 11,3 (9,3 à 13,2)
Surpoids 28,7 (26,0 à 31,5) 34,0 (30,9 à 37,1)
Obésité 18,5 (15,9 à 21,0) 21,1 (18,3 à 23,9)
Fumeur quotidien 29,9 (26,5 à 33,3) 23,5 (20,1 à 26,9)
Buveur régulier 65,3 (62,0 à 68,5) 66,8 (63,0 à 70,5)
Buveur occasionnel excessif 36,1 (33,0 à 39,2) 38,5 (34,8 à 42,2)
Activité physique rare 19,2 (16,5 à 22,0) 18,5 (15,9 à 21,1)
Inactivité en cours de temps libre 42,6 (39,2 à 45,9) 45,8 (41,5 à 50,0)
Yukon
Toute maladie chronique 65,3 (60,6 à 70,1) 65,4 (61,5 à 69,4)
Arthrite 17,2 (14,4 à 20,0) 16,0 (13,1 à 18,9)
Asthme 8,9 (6,4 à 11,4) 8,4 (6,1 à 10,7)
Diabète 3,8 (2,3 à 5,2) 4,7 (3,1 à 6,4)
Maladie du cœur 4,6 (2,7 à 6,5) 3,1 (1,8 à 4,4)
Hypertension 10,0 (7,9 à 12,2) 12,9 (10,5 à 15,3)
Surpoids 26,1 (22,6 à 29,5) 29,9 (25,5 à 34,2)
Obésité 15,2 (11,5 à 18,8) 18,4 (14,5 à 22,2)
Fumeur quotidien 28,2 (23,7 à 32,7) 27,8 (22,9 à 32,7)
Buveur régulier 65,4 (60,2 à 70,6) 65,6 (60,2 à 71,1)
Buveur occasionnel excessif 36,4 (31,8 à 41,0) 36,9 (32,2 à 41,6)
Activité physique rare 14,4 (11,1 à 17,7) 19,5 (16,0 à 23,1)
Inactivité en cours de temps libre 35,6 (31,3 à 40,0) 44,2 (39,5 à 49,0)
Nunavut
Toute maladie chronique 48,8 (45,2 à 52,5) 50,0 (43,3 à 56,7)
Arthrite 7,5 (5,6 à 9,3) 8,3 (4,5 à 12,1)
Asthme 4,4 (3,7 à 5,0) 3,5 (1,1 à 5,8)
Diabète 2,0 (1,3 à 2,6) 0,8 (0,0 à 2,0)
Maladie du cœur 3,6 (1,9 à 5,3) 1,5 (0,2 à 2,8)
Hypertension 7,7 (6,3 à 9,2) 8,6 (6,5 à 10,8)
Surpoids 28,6 (25,7 à 31,5) 29,8 (25,2 à 34,5)
Obésité 21,4 (18,3 à 24,4) 26,1 (22,8 à 29,4)
Fumeur quotidien 54,0 (49,7 à 58,3) 50,2 (44,2 à 56,2)
Buveur régulier 40,0 (36,8 à 43,1) 59,4 (54,5 à 64,3)
Buveur occasionnel excessif 24,3 (21,7 à 27,0) 28,6 (23,0 à 34,1)
Activité physique rare 29,0 (25,2 à 32,7) 29,5 (22,8 à 36,1)
Inactivité en cours de temps libre 29,0 (48,7 à 55,9) 57,0 (50,7 à 63,2)
T.N.-O
Toute maladie chronique 52,6 (48,6 à 56,5) 60,4 (54,4 à 66,3)
Arthrite 12,8 (11,5 à 14,0) 14,0 (11,2 à 16,8)
Asthme 8,1 (5,0 à 11,3) 8,9 (6,5 à 11,2)
Diabète 3,2 (2,2 à 4,3) 4,1 (2,4 à 5,8)
Maladie du cœur 3,8 (2,7 à 4,8) 2,8 (1,7 à 3,9)
Hypertension 9,6 (7,3 à 11,9) 10,6 (8,1 à 13,1)
Surpoids 31,0 (28,0 à 34,0) 33,0 (29,5 à 36,5)
Obésité 20,8 (18,4 à 23,2) 24,6 (20,5 à 28,7)
Fumeur quotidien 39,1 (36,6 à 41,6) 30,5 (26,3 à 34,6)
Buveur régulier 58,5 (55,6 à 61,4) 58,9 (54,2 à 63,6)
Buveur occasionnel excessif 23,9 (21,1 à 26,8) 31,5 (27,4 à 35,6)
Activité physique rare 27,2 (24,3 à 30,0) 22,3 (18,7 à 25,9)
Inactivité en cours de temps libre 52,8 (50,5 à 55,1) 52,5 (47,9 à 57,2)

Abréviations : IC, intervalle de confiance; T.N.-O, Territoires du Nord-Ouest.
a Voir la section « Méthodes » pour une description de la façon dont les facteurs de risque ont été définis.

Return to your place in the textTableau 3. Rapports de cotes ajustés (IC de 95 %) pour les maladies chroniques et les facteurs de risque majeurs par ethnicité et région, Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, cycles 1.1 (2000-2001) et 3.1 (2005-2006)
Ethnicity or Region/
Risk Factor or Chronic Disease of Respondentsa
Cycle 1.1 Cycle 3.1
RCA
(IC de 95 %)b,c
Valeur de P RCA
(IC de 95 %)b,c
Valeur de
P
Autochtone
Toute maladie chronique 0,70 (0,58 à 0,84) <0,001 0,93 (0,71 à 1,22) 0,61
Arthrite 1,07 (0,84 à 1,37) 0,60 0,80 (0,55 à 1,16) 0,24
Asthme 0,75 (0,54 à 1,04) 0,09 0,73 (0,45 à 1,17) 0,19
Diabète 1,52 (0,85 à 2,70) 0,16 1,38 (0,70 à 2,73) 0,35
Maladie du cœur 2,15 (1,19 à 3,91) 0,01 1,10 (0,55 à 2,23) 0,78
Hypertension 1,25 (0,85 à 1,85) 0,26 1,18 (0,78 à 1,78) 0,42
Surpoids 1,02 (0,81 à 1,28) 0,86 0,67 (0,51 à 0,90) 0,01
Obésité 1,07 (0,86 à 1,35) 0,53 1,18 (0,84 à 1,67) 0,34
Fumeur quotidien 2,19 (1,73 à 2,78) <0,001 2,99 (2,29 à 3,91) <0,001
Buveur régulier 0,51 (0,43 à 0,60) <0,001 0,53 (0,38 à 0,74) <0,001
Buveur occasionnel excessif 0,43 (0,35 à 0,52) <0,001 0,45 (0,34 à 0,61) <0,001
Activité physique rare 1,28 (1,01 à 1,63) 0,05 1,62 (1,22 à 2,14) <0,001
Inactivité en cours de temps libre 1,21 (0,98 à 1,49) 0,08 1,44 (1,06 à 1,96) 0,02
Yukon
Toute maladie chronique 1,46 (1,07 à 1,98) 0,02 1,10 (0,78 à 1,54) 0,59
Arthrite 1,32 (0,98 à 1,77) 0,07 0,87 (0,58 à 1,31) 0,51
Asthme 1,02 (0,56 à 1,83) 0,96 0,88 (0,56 à 1,37) 0,57
Diabète 1,14 (0,60 à 2,16) 0,68 1,00 (0,51 à 1,93) 0,99
Maladie du cœur 1,43 (0,75 à 2,73) 0,28 0,85 (0,43 à 1,65) 0,62
Hypertension 0,93 (0,59 à 1,46) 0,76 1,04 (0,71 à 1,54) 0,83
Surpoids 0,76 (0,58 à 0,99) 0,04 0,78 (0,58 à 1,06) 0,11
Obésité 0,66 (0,47 à 0,93) 0,02 0,68 (0,48 à 0,96) 0,03
Fumeur quotidien 0,81 (0,62 à 1,06) 0,13 1,14 (0,84 à 1,56) 0,40
Buveur régulier 1,15 (0,86 à 1,55) 0,35 1,32 (0,96 à 1,82) 0,09
Buveur occasionnel excessif 1,38 (1,06 à 1,80) 0,02 1,04 (0,78 à 1,38) 0,80
Activité physique rare 0,46 (0,33 à 0,64) <0,001 0,89 (0,65 à 1,22) 0,48
Inactivité en cours de temps libre 0,50 (0,40 à 0,63) <0,001 0,74 (0,55 à 0,99) 0,04
Nunavut
Toute maladie chronique 0,94 (0,75 à 1,19) 0,61 0,68 (0,46 à 1,01) 0,06
Arthrite 0,56 (0,41 à 0,77) <0,001 0,63 (0,33 à 1,20) 0,16
Asthme 0,53 (0,33 à 0,85) 0,01 0,38 (0,15 à 0,99) 0,05
Diabète 0,61 (0,36 à 1,03) 0,07 0,20 (0,10 à 6,57) 0,36
Maladie du cœur 0,91 (0,49 à 1,69) 0,76 0,58 (0,18 à 1,81) 0,34
Hypertension 0,80 (0,55 à 1,18) 0,26 0,86 (0,55 à 1,35) 0,52
Surpoids 0,88 (0,71 à 1,09) 0,25 0,99 (0,74 à 1,32) 0,93
Obésité 1,05 (0,82 à 1,35) 0,69 1,07 (0,77 à 1,47) 0,69
Fumeur quotidien 1,66 (1,35 à 2,03) <0,001 1,74 (1,29 à 2,34) <0,001
Buveur régulier 0,48 (0,40 à 0,58) <0,001 1,18 (0,87 à 1,62) 0,29
Buveur occasionnel excessif 1,17 (0,94 à 1,46) 0,15 1,10 (0,74 à 1,63) 0,64
Activité physique rare 1,08 (0,85 à 1,37) 0,52 1,32 (0,88 à 1,96) 0,18
Inactivité en cours de temps libre 0,97 (0,81 à 1,16) 0,73 1,09 (0,80 à 1,49) 0,58

a Voir la section « Méthodes » pour une description de la façon dont les facteurs de risque ont été définis.
b Les RCA sont calculés pour la population de l’ensemble des 3 territoires et ajustés par âge, sexe et région; la population non-autochtone sert de groupe de référence.
b Les RCA sont calculés pour la population de l’ensemble des 3 territoires et ajustés par âge, sexe et ethnicité; la région des Territoires du Nord-Ouest (T.N.-O) sert de groupe de référence.

Haut de la page

 




 



The findings and conclusions in this report are those of the authors and do not necessarily represent the official position of the Centers for Disease Control and Prevention.


 Home 

Privacy Policy | Accessibility

CDC Home | Search | Health Topics A-Z

This page last reviewed March 22, 2013

Centers for Disease Control and Prevention
National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion
 HHS logoUnited States Department of
Health and Human Services