Skip Navigation Links
Centers for Disease Control and Prevention
 CDC Home Search Health Topics A-Z

Preventing Chronic Disease: Public Health Research, Practice and Policy

View Current Issue
Issue Archive
Archivo de números en español








Emerging Infectious Diseases Journal
MMWR


 Home 

Volume 6: n° 1, janvier 2009

RECHERCHE ORIGINALE
Indice d’activité physique accrue dans le programme ‘Actif toute la vie’


TABLE DES MATIÈRES


Translation available Cet article est en anglais
Print this article Imprimer cet article
E-mail this article Envoyer cet article
par courriel



Send feedback to editors Envoyer des commentaires aux éditeurs

Sara Wilcox, PhD, Marsha Dowda, DrPH, Andrea Dunn, PhD, Marcia G. Ory, PhD, Carol Rheaume, MSPH, Abby C. King, PhD

Référence suggérée pour cet article: Wilcox S, Dowda M, Dunn A, Ory MG, Rheaume C, King AC. Indice d’activité physique accrue dans le programme ‘Actif toute la vie’. Prev Chronic Dis 2009;6(1):A25. http://www.cdc.gov/pcd/issues/2009/
jan/07_0244_fr.htm
. Consulté le [date].

ÉVALUÉ PAR LES PAIRS

Résumé

Introduction
La cible visée des programmes fondés sur les résultats peut s’améliorer lorsqu’on identifie les plus grands et les pus petits bénéficiaires du programme. Nous avons examiné les indices des tests préliminaires au programme de l’augmentation de l’activité physique parmi les participants inscrits au programme Active for life (Actif toute la vie)

Méthodes
Les participants (N = 1,963) de 9 organisations communautaires ont participé à un programme du comportement d’activité physique de 6 mois par téléphone ou de 20 semaines en groupe, et ont répondu à une enquête de test avant l’étude; 1335 participants ont renvoyé les enquêtes de test après l’étude. Les interactions ont testé dans quelle mesure les augmentations d’activité physique variaient au fil du temps, par rapport aux mesures de référence.

Résultats
Pour le programme par téléphone, les participants plus jeunes et les moins actifs au test avant l’étude, et ceux qui disposaient d’un soutien d’entourage social plus prononcé au test avant l’étude ont bénéficié davantage des effets de l’intervention. Pour le programme en groupe, les participants jeunes, ceux qui étaient plus actifs au test avant l’étude, les femmes, les personnes d’origine hispanique/latine, les personnes de poids plus élevé, et ceux qui ont signalé davantage de problèmes de santé et d’ostéoporose, ont bénéficié davantage des effets de l’intervention.

Conclusions
La réponse des participants aux deux programmes a varié en fonction de l’âge, du niveau d’activité de référence, et d’autres facteurs. Pour 6 sur 8 variables associées aux résultats différents, le groupe le moins actif a témoigné de davantage de progrès, ce qui laisse supposer que les programmes ont réussi particulièrement bien pour les participants qui en avaient le plus besoin. Les participants de plus de 75 ans (des deux groupes) et ceux qui ont signalé un niveau d’activité et de soutien de l’entourage social inférieurs (du groupe par téléphone) n’ont pas réagi aussi bien dès le début de l’intervention, et par conséquent exigeront peut-être la mise en œuvre d’autres stratégies d’intervention ou des stratégies plus intensifiées.

 

 



 



The findings and conclusions in this report are those of the authors and do not necessarily represent the official position of the Centers for Disease Control and Prevention.


 Home 

Privacy Policy | Accessibility

CDC Home | Search | Health Topics A-Z

This page last reviewed March 22, 2013

Centers for Disease Control and Prevention
National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion
 HHS logoUnited States Department of
Health and Human Services