Skip Navigation Links
Centers for Disease Control and Prevention
 CDC Home Search Health Topics A-Z

Preventing Chronic Disease: Public Health Research, Practice and Policy

View Current Issue
Issue Archive
Archivo de números en español








Emerging Infectious Diseases Journal
MMWR


 Home 

Volume 2 : Nº 2, avril 2005

SUJETS SPÉCIAUX
RECHERCHE ORIGINALE : RÉSUMÉ D'ARTICLE PRÉSENTÉ À LA 19e CONFÉRENCE NATIONALE POUR LA PRÉVENTION ET LE CONTRÔLE DES MALADIES CHRONIQUES
Élimination des disparités dans les communautés de couleur grâce au Lifetime Fitness Program (Programme de conditionnement physique pour la vie)


TABLE DES MATIÈRES


Translation available Ce résumé est en anglais
Print this article Imprimer ce résumé
E-mail this article Envoyer cet article
par courriel



Send feedback to editors Envoyer des commentaires aux éditeurs


Retourner à la
liste des résumés

Susan Snyder, Basia Belza

Référence suggérée pour cet article: Snyder S, Belza B. Élimination des disparités dans les communautés de couleur grâce au Lifetime Fitness Program (Programme de conditionnement physique pour la vie) [résumé]. Prev Chronic Dis [publication en série en ligne] Avril 2005 [date de la référence]. Disponible sur l'internet : URL : http://www.cdc.gov/pcd/issues/2005/
apr/04_0142j_fr.htm
.

ÉVALUÉ PAR LES PAIRS

Thème : Programmes fondés sur des résultats : recherche, concrétisation et évaluation

L'objectif de cette étude était de faire part des leçons apprises sur les facteurs contribuant à la réalisation de programmes durables et efficaces de conditionnement physique en groupe pour les personnes âgées des communautés ethniques.

L'University of Washington Health Promotion Research Center (Centre de recherche pour la promotion de la santé de l'Université de l'État de Washington) organisa des groupes de discussion avec des personnes âgées provenant de sept groupes culturels (Amérindiens/autochtones d'Alaska, noirs américains, Chinois, Coréens, autochtones d'Amérique latine parlant espagnol, Philippins et Vietnamiens) afin de générer des idées pour la mise en place de programmes destinés à accroître le niveau d'activité physique dans ces communautés. Après la compilation et la publication des résultats des groupes de discussion, un programme de culture physique en groupe pour les personnes âgées, fondé sur les résultats obtenus - le Lifetime Fitness Program (LFP) (Programme de conditionnement physique pour la vie) - fut mis en place dans 11 communautés ayant pris part aux groupes de discussion et ayant aussi un programme de nutrition. Ces 11 communautés se trouvent au Texas et dans l'Ouest et le Centre de l'État de Washington.

Le LFP a été conçu par des chercheurs et des spécialistes du vieillissement de l'Université de l'État de Washington, à Seattle, comme un programme de conditionnement physique facile à mettre en pratique et destiné aux personnes âgées. L'âge moyen des participants dans tous les centres du LFP (N = 3 258) est de 74,3 ans (écart-type ± 8,7). Ce programme est offert sous la forme de séances d'une heure, deux ou trois fois par semaine, et comprend des exercices destinés à développer la force, l'endurance, l'équilibre et la flexibilité. Dans le cadre du LFP, une exploration fonctionnelle est entreprise pour chaque participant au moment de l'inscription et tous les quatre mois par la suite.

Les résultats des groupes de discussion montrent que la principale motivation à faire de l’activité physique constitue en même temps l’obstacle principal, notamment les problèmes de santé et les problèmes médicaux chroniques. Pour tous les groupes, les composants d'un programme de conditionnement physique idéal étaient un soutien et des cours offerts par les pairs, dans des locaux proches du domicile des participants et dans un centre adapté à leur origine ethnique. Par ailleurs, il devait offrir plusieurs options de culture physique (par ex. : cours individuels ou en groupe). Les résultats détaillés issus de ces groupes de discussion sont publiés dans le rapport Elder Perspectives on Physical Activity: A Multicultural Discussion (Perspectives des personnes âgées sur l'activité physique : une discussion multiculturelle).

Les données préliminaires notées ici portaient sur 226 participants au LFP provenant de 11 centres à minorités ethniques (âge moyen : 72,8 ans ; écart-type ± 8,7). Les participants avaient au moins un indicateur de résultats valable ; 27 % (n = 62) avaient des données de suivi à quatre mois. Au début de l'étude, les pourcentages pour les performances en dessous de la normale étaient les suivants : flexion des bras, 23 % des participants dans les centres à minorités ethniques et 10 % dans les centres sans minorités ethniques ; « Up and Go » (test du temps requis pour se lever d'une chaise, marcher sur une certaine distance et revenir), 68 % dans les centres à minorités ethniques et 36 % dans les centres sans minorités ethniques ; nombre de fois que la personne peut se lever d'une chaise, 30 % dans les centres à minorités ethniques et 21 % dans les centres sans minorités ethniques. Les limites normales sont basées sur les valeurs seuils publiées pour l'âge et le sexe.

On a constaté d'importantes améliorations pour le nombre de fois que la personne pouvait se lever d'une chaise et les répétitions de flexion des bras dans les centres à minorités ethniques, quatre mois après le début du programme. Au moment du suivi (n = 62), les pourcentages pour les performances en dessous de la normale étaient les suivants : flexion des bras (2 % dans les centres à minorités ethniques, 4 % dans les centres sans minorités ethniques) ; « Up and Go » (49 % dans les centres à minorités ethniques, 29 % dans les centres sans minorités ethniques) ; nombre de fois que la personne pouvait se lever d'une chaise (7 % dans les centres à minorités ethniques, 12 % dans les centres sans minorités ethniques).

Grâce aux connaissances acquises de ces groupes de discussion et de la mise en œuvre et de l'évaluation du LFP, les programmes futurs pourront mieux atteindre les communautés à minorités ethniques. Une politique reliant les centres de nutrition qui desservent les personnes âgées des communautés minoritaires et des programmes fondés sur des résultats, comme le LFP, peut se révéler un moyen efficace de réduire les disparités de santé. Depuis la rédaction de ce résumé, de nouvelles données ont été recueillies et analysées.

Auteur-correspondant : Susan J Snyder, MS, Directrice, Senior Services of Seattle/King County, Senior Wellness Project, 2208 2nd Ave, Suite 100, Seattle, WA 98121, United States. Téléphone : 206-727-6297. Courriel : susans@seniorservices.org.

 

 



 



The opinions expressed by authors contributing to this journal do not necessarily reflect the opinions of the U.S. Department of Health and Human Services, the Public Health Service, the Centers for Disease Control and Prevention, or the authors’ affiliated institutions. Use of trade names is for identification only and does not imply endorsement by any of the groups named above.


 Home 

Privacy Policy | Accessibility

CDC Home | Search | Health Topics A-Z

This page last reviewed March 22, 2013

Centers for Disease Control and Prevention
National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion
 HHS logoUnited States Department of
Health and Human Services