Important update: Healthcare facilities
CDC has updated select ways to operate healthcare systems effectively in response to COVID-19 vaccination. Learn more
To maximize protection from the Delta variant and prevent possibly spreading it to others, get vaccinated as soon as you can and wear a mask indoors in public if you are in an area of substantial or high transmission.
UPDATE
Given new evidence on the B.1.617.2 (Delta) variant, CDC has updated the guidance for fully vaccinated people. CDC recommends universal indoor masking for all teachers, staff, students, and visitors to K-12 schools, regardless of vaccination status. Children should return to full-time in-person learning in the fall with layered prevention strategies in place.

Considérations opérationnelles pour la prévention et le contrôle des infections dans les établissements de soins en dehors des États-Unis

Considérations opérationnelles pour la prévention et le contrôle des infections dans les établissements de soins en dehors des États-Unis
Updated Sept. 8, 2021

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC) travaillent en étroite collaboration avec des partenaires internationaux pour répondre à la pandémie de la maladie à coronavirus-2019 (COVID-19). Le CDC fournit une assistance technique pour aider d’autres pays à accroître leur capacité à prévenir, détecter et répondre aux menaces pour la santé, y compris COVID-19.

Ce document est fourni par le CDC et est destiné à être utilisé dans des établissements de santé non américains.

Résumé des modifications récentes

Au 30 juin 2021

  • Ajouté liens pour les directives existantes et reformulations mineures pour éclaircissements

Points clés:

  • Ce document complète les consignes de prévention et de contrôle des infections (PCI) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS).
  • L’objectif de la PCI dans les structures ambulatoires est le maintien des services de santé essentiels et la prévention de la transmission du SARS-CoV-2 dans l’installation.
  • Les principales stratégies incluent 1) le choix d’un référant pour la PCI et la mise en place des pratiques PCI, 2) l’identification et l’isolement rapides des cas potentiels, 3) la modification de la réalisation des services de santé afin de limiter l’exposition.
  • Prendre en compte des centres de soins alternatifs et des soins hors-installations pour assurer le maintien des services de santé essentiels.
  1. Contexte

Ce document définit les stratégies d’implémentation de directives pour la prévention et le contrôle des infections (PCI) dans des structures en ambulatoire dans des zones de transmission collectiveexternal icon étendue du coronavirus 2 à syndrome respiratoire aigu sévère (SARS-CoV-2), le virus responsable de la maladie à coronavirus-2019 (COVID-19). Les hôpitaux et les autres structures fournissant des services ambulatoires aux patients jouent un rôle important dans la réponse d’un système de santé à la COVID-19 et jouent un rôle critique dans la fourniture régulière de services de santé essentiels. Ces informations complètent les directives PCI disponiblesexternal icon de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) pour la COVID-19.

  1. Public visé

Ces considérations opérationnelles sont destinées à être utilisées par le personnel de santé, directeurs et personnel PCI compris, au sein des structures en ambulatoire dans les établissements de soins ambulatoires situés hors des États-Unis. Les structures en ambulatoire comprennent :

  • les services ambulatoires des hôpitaux
  • les services cliniques hors des hôpitaux
  • les centres de santé communautaires
  • les cabinets de médecins
  • les autres centres de soins
  1. Objectifs

Le but de la PCI dans les services en ambulatoire pendant la pandémie de COVID-19 est de :

  • prévenir des flambées épidémiques et la transmission du SARS-CoV-2 au sein de la structure,
  • maintenir les services de santé essentiels afin de prévenir des pathologies indirectes et des morts par des maladies chroniques ou pouvant être empêchées par le vaccin, et
  • assurer que les structures en ambulatoire restent des lieux sûrs pour les patients nécessitant des soins pour des services de santé essentiels comme pour des pathologies aiguës.
  1. Personnel responsable de la mise en place de la PCI dans les structures en ambulatoire

Les activités PCI au sein des structures en ambulatoire doivent être planifiées, réalisées et supervisées par le personnel soignant possédant une expérience en PCI (c. à d., l’équipe PCI ou un référant PCI). Conformément aux directives de l’OMS sur les composants principauxexternal icon des programmes de PCI, la direction régionale et nationale pour la PCI doit soutenir les responsables PCI des structures. Par exemple, la direction régionale et nationale pour la PCI peut aider à s’assurer de la disponibilité des ressources pour appuyer les bonnes pratiques en PCI, l’éducation et la formation de la main d’œuvre en charge des soins, et fournir un retour sur les résultats. Ce rôle des programmes de PCI régionaux ou nationaux est d’importance particulière pendant la pandémie de COVID-19. Dans les structures disposant d’infrastructures PCI limitées ou absentes, il est critique d’établir les besoins minimumsexternal icon de mesures pour la protection des patients aux niveaux national et de la structure.

  1. Considérations pour les structures en ambulatoire

Il y a quatre étapes opérationnelles à considérer lors de la planification du maintien d’un service en ambulatoire dans le contexte de la COVID-19 :

  1. Préparer le personnel soignant et les structures à recevoir les patients présentant une infection à la COVID-19 suspectée ou confirmée.
  2. Rapidement identifier et isoler les cas suspectés de COVID-19.
  3. Modifier la prestation de service en ambulatoire pour maximiser la sécurité du patient et du personnel soignant.
  4. Implémenter la PCI pour les autres sites de soins (p. ex., les centres communautaires, comme les écoles ou les stades inutilisés, etc.) et les soins hors établissements (p. ex., les unités médicales mobiles).

A. Préparer le personnel soignant et les structures à recevoir les cas suspectés de COVID-19

Des cas suspectés de COVID-19 se présenteront probablement dans les structures en ambulatoire. Optimiser le niveau de préparation de la structure pour recevoir les patients présentant des symptômes de COVID-19external icon peut contribuer à limiter les risques d’exposition des autres patients et du personnel soignant. Quand une transmission collective du SARS-CoV-2 est suspectée, la direction de la structure et le référant PCI doivent réviser les directives PCIexternal icon et les considérations opérationnelles pour les structures de santé et suivre les directives nationales pour la PCI afin de préparer les structures à trier et gérer en toute sécurité les patients présentant des symptômes de COVID-19. Considérer les mesures suivantes :

Infrastructures et personnel soignant pour la PCI

  • Désigner un personnel soignant formé à la PCI pour être le référant PCI, en charge de la mise en place des mesures de prévention de la COVID-19 dans la structure. Le référant PCI, en collaboration avec les autres personnes appropriées, doit coordonner et appliquer de mutliples activités dans la structure :
    • Communiquer avec les autorités de santé locales pour comprendre les protocoles de rapport des cas suspectés ou confirmés de COVID-19 et les mécanismes pour demander des fournitures ou un autre soutien.
    • Établir les contrôles en ingénierie ou les changements structuraux de la structure pour réduire la transmission du SARS-CoV-2 (p. ex., installer des barrières physiques comme des écrans en verre ou en plastique aux stations de test et de tri, améliorer la ventilation intérieureexternal icon).
    • Déterminer les besoins en fournitures pour l’hygiène des mains, les équipements de protection individuelle (EPI), de nettoyage et de désinfection, et la fréquence des commandes.
      • Évaluer la disponibilité des fournitures d’hygiène des mains et s’assurer que les fournitures sont facilement accessibles. Des gels alcoolisés pour les mains à 60 à 95 % d’alcool doivent être utilisés en cadre de soins. À moins que les mains ne soient visiblement souillées, un gel alcoolisé est préférable à du savon et de l’eau.
      • Déterminer les quantités de stocks d’EPI nécessaires pour la protection des contacts et aérosols pour les cas suspectés ou confirmés de COVID-19. Ces fournitures incluent des masques chirurgicaux, [1] des protections oculaires (écrans pour le visage ou lunettes), des gants et des blouses.
      • Calculer les quantités de fournitures nécessaires au nettoyage et à la désinfection des équipements médicaux (p. ex., les stéthoscopes) et les surfaces de contacts fréquents (p. ex., les chaises et les poignées de portes) dans la structure au moins une fois par jour.
    • Coordonner et s’assurer de la formation du personnel soignant approprié sur les
  • Développement d’un système pour détecter une exposition du personnel soignant à la COVID-19 ou des signes et symptômes de COVID-19 avant d’accéder à un bâtiment. Le système peut inclure d’auto-rapporter les symptômes suggérant une COVID-19 (p. ex. la toux, les myalgies, la fatigue, les maux de tête), la vérification objective de la fièvre (température supérieure à 38 °C) ou les deux à la foisexternal icon.
    • Si un soignant a été en contact avec un cas suspecté ou confirmé de COVID-19, il/elle doit consulter un référant pour la santé professionnelleexternal icon. En se basant sur l’évaluation des facteurs de risque, le référant santé peut recommander une mise en quarantaine ou un test.
    • Afin d’assurer un rapport cohérent des symptômes de COVID-19, on peut conseiller au personnel soignant de se référer à leur supérieur (ou d’envoyer un message texte à leur supérieur) avant de commencer leur journée de travail afin de vérifier une liste standard de symptômes et de confirmer qu’ils n’en ont aucun.
  • Réviser les politiques de congé maladie pour le personnel soignant et s’assurer qu’elles sont flexibles et conformes aux directives de santé publique pour encourager le personnel soignant malade à rester chez lui.
  • Établir des politiques et des procédures pour le personnel soignant qui développe des symptômes ou des signes de COVID-19. Par exemple,
    • quand le personnel soignant devient symptomatique au travail, il/elle doit en aviser leurs supérieurs et rentrer chez lui/elle. Quand le personnel soignant ne peut pas quitter immédiatement son travail, il/elle doit être placé(e) dans des zones d’isolement jusqu’à ce qu’il/elle puisse rentrer chez lui/elle.
    • Le référant PCI ou le superviseur de chaque structure doit aider les agents de santé à se faire dépister pour le COVID-19, car des tests positifs peuvent déterminer la durée d’exclusion du travail du personnel soignant, conformément aux directives nationales ou infranationales. Dans les contextes où la disponibilité des tests est limitée, le personnel soignant suspecté d’être atteint de la COVID-19 et qui n’est pas testé doit également être exclus du travail pendant une période déterminée par les directives nationales ou infranationales.
  • Se préparer à des carences en personnel soignant en identifiant les membres d’une main-d’œuvre soignante alternativepdf icon ou en augmentant les horaires de travail.

B. Identifier et séparer rapidement les patients suspectés d’être atteints de la COVID-19

Malgré les mesures de prévention prises par les structures pour réduire le risque de transmission du SARS-CoV-2, on verra toujours des patients présentant des symptômes possibles de COVID-19. Préparer les structures à recevoir des patients présentant des symptômes de COVID-19 peut contribuer à limiter le risque d’exposition des patients et du personnel. La direction de la structure et le référant PCI doivent examiner les directives de l’OMS, Prévention et contrôle de l’infection pendant les soins de santé lorsque la maladie à coronavirus (COVID-19) est suspectée ou confirméeexternal icon, et suivre les directives PCI nationales pour commencer à préparer les structures à trier et gérer en toute sécurité les patients atteints de maladies respiratoires, y compris la COVID-19.

C. Modifier les services ambulatoires afin de maximiser la sécurité des patients et des soignants

Il est important de modifier les opérations de consultation ambulatoires afin de réduire l’affluence et d’empêcher le mélange de patients infectieux et non infectieux dans les structures, et de prévenir la transmission du SARS-CoV-2. La coordination avec les autorités locales de santé publique peut élargir les stratégies disponibles pour une structure individuelle (par exemple, l’identification de sites de soins alternatifs pour les services de santé essentiels). De plus, dans les communautés où la transmission collective de la COVID-19 est répandue, la mise en place d’un contrôle à la source pour les patients, les visiteurs et le personnel de santé dans les structures par l’utilisation généralisée de masques peut également réduire la transmission du SARS-CoV-2. Bien que les masques non médicaux soient recommandés pour la population générale, les masques médicaux, conformément aux recommandations de l’OMSexternal icon devraient être utilisés en priorité par le personnel de santé ou les populations vulnérables, notamment les personnes âgées de 60 ans ou plus, celles qui souffrent d’affections sous-jacentes, comme une maladie cardiovasculaire, le diabète, une maladie pulmonaire chronique, un cancer, une maladie cérébrovasculaire, ou les personnes immunodéprimées.

Les stratégies destinées à réduire le risque de transmission du SARS-CoV-2 dans les structures ambulatoires en modifiant la fourniture du service sont décrites ci-dessous.

Modification des soins ambulatoires pour les services de santé essentiels

  • Identifier les services de santé essentiels tels que les vaccinations, les soins de santé maternelle et infantile, le dépistage et le traitement du VIH, le dépistage et le traitement de la tuberculose, et autres.
  • Des considérations détaillées pour modifier la prestation des services de santé essentiels, y compris des considérations spécifiques aux maladies, peuvent être trouvées iciexternal icon. Des exemples de telles stratégies incluent
    • Consacrer certains jours et horaires aux services, par exemple, les vaccinations les lundis, l’obstétrique les jeudis.
    • Délivrer des doses supplémentaires de médicaments aux patients souffrant de maladies chroniques stables afin de réduire le nombre de visites à la pharmacie.
    • Identifier des lieux alternatifs, comme les écoles et les églises, pour fournir des services tels que les visites de routine pour les enfants. Voir la section D pour des directives détaillées.
    • Considérer les cadres hors-établissements, comme les services mobiles de soins, pour la réalisation de soins spécifiques (p. ex., les immunisations) en fonction du contexte local et de la possibilité d’assurer des pratiques PCI et une sécurité du personnel soignant et de la collectivité.

Modification des opérations en ambulatoire des soins non-essentiels pendant la COVID-19

  • Identifier les services de soins non-essentiels qui peuvent être reportés ou annulés en fonction des directives locales ou nationales. Reporter les services de soins non-essentiels libère du personnel soignant pour fournir des soins COVID-19 et réduire la surcharge des salles d’attente.
    • Des exemples de tels services incluent des contrôles de routine de la vision ou des dents ou les examens médicaux annuels.
  • Explorer les alternatives aux rencontres en face-à-face (voir la section ci-dessous).

Modifications des interventions en ambulatoire pour les patients en phase aiguë ou présentant des symptômes cohérents avec la COVID-19external icon

  • Les structures ambulatoires devraient considérer des alternatives au tri en face-à-face, comme la conduite de visite de télémédecine (p. ex., consultations téléphoniques ou par vidéoconférence) pour la fourniture d’un soutien clinique sans contact direct avec le/la patient(e).
    • Par exemple, établir une ligne d’assistance
      • que les patients pourront appeler ou contacter par SMS, pour informer la structure qu’ils souhaitent consulter pour une maladie aiguë, y compris des symptômes de COVID-19.
      • qui pourra être utilisée, si possible, pour la consultation par téléphone afin de déterminer la nécessité de se rendre dans une structure de santé.
      • qui servira à informer les patients des mesures préventives à prendre à leur arrivée dans la structure (par exemple, porter un masque non chirurgical, se couvrir avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuements).
    • Informer le grand public par le biais de campagnes dans les médias locaux et les réseaux sociaux de la mise à disposition d’une ligne d’assistance téléphonique, des signes et symptômes de la COVID-19, et de quand consulter.
  • Encourager et soutenir les soins à domicile quand approprié pour les patients présentant des symptômes de COVID-19
    • Évaluer la capacité du patient à s’engager dans une surveillance à domicile, sa capacité à s’isoler en toute sécurité chez lui/elle, et le risque qu’il/elle transmette le virus à d’autres personnes dans son foyer.
    • Fournir des instructions claires aux soignants et aux personnes malades concernant les soins à domicileexternal icon et quand et comment accéder au système de soins de santé pour des soins en face à face ou en cas de conditions urgentes ou émergentes.
    • Si possible, identifier le personnel soignant qui peut surveiller ces patients à domicile par des contrôles quotidiens par téléphone, SMS ou d’autres moyens.

D. Mettre en place la PCI pour les centres de soins alternatifs et les soins hors-structure

Pour réduire au minimum le risque de transmission du SARS-CoV-2 dans les structures de soins ambulatoires, on peut envisager d’utiliser des sites de soins alternatifs ou des modèles de prestation de soins de santé hors structures afin de séparer les patients qui ont besoin de services de santé essentiels des patients souhaitant obtenir des soins pour une maladie aiguë. Les sites de soins alternatifs comprennent des lieux communautaires, tels que des écoles ou des stades inoccupés, qui pourraient être temporairement inutilisés en raison de mesures d’atténuation locales. De tels sites offrent le bénéfice d’un espace permettant la distanciation sociale nécessaire entre le personnel de santé et les patients. Cependant, étant donné que ces sites ne sont pas principalement destinés à la prestation de soins de santé, leur structure pourrait ne pas convenir aux services ambulatoires qui nécessitent des examens médicaux et sont mieux utilisés pour la fourniture de soins à usage unique (par exemple, le retrait de médicaments, les immunisationspdf iconexternal icon, ou les visites de routine pour les enfants). De même, les soins hors établissement, qui comprennent les services de proximité au domicile des personnes ou les services mobiles, contribuent à réduire la surcharge des établissements de santé tout en maintenant les services de santé essentiels.

La PCI est toujours nécessaire où que les soins soient fournis, y compris les sites alternatifs de soins et les soins hors-structures. Au minimum, le personnel soignant qui dispense des soins dans ces contextes a besoin d’une éducation et d’une formation aux bonnes pratiques de PCI, y compris les précautions standards et celles liées à la transmission. Les patients et le personnel soignant doivent maintenir une séparation physique d’au moins 1 mètre les uns des autres à tout moment en fonction des recommandations de l’OMSexternal icon, qui sont différentes des recommandations du CDC de ≥ 6 pieds (≥ 1.8 mètres). Les considérations PCI additionnelles pour des situations spécifiques sont les suivantes :

  • Sites de soins alternatifs
    • Établir un système de criblage pour la COVID-19 et de tri des patients arrivant aux sites de soins alternatifs comme décrit à la section B.
  • Contacts avec les patients à domicile
    • Utiliser une hygiène fréquente des mains avant et après chaque rencontre avec un patient en utilisant un gel alcoolique pour les mains portable.
    • Considérer la pratique de consultations en dehors du domicile pour s’assurer d’une ventilation appropriée.
    • Considérer de porter des masques chirurgicaux et des protections oculaires (p. ex., un écran facial ou des lunettes) tout au long du service, plutôt que de changer d’EPI entre chaque domicile, si les réserves en EPI sont limitées.
    • Pour les services de santé nécessitant des gants ou des blouses, des considérations spéciales sont nécessaires pour mettre les EPI de manière appropriée, les enlever de manière sécurisée, et les jeterexternal icon.
  • Unités médicales mobiles
    • Augmenter la ventilation en ouvrant les fenêtres quand cela est possible.
    • Remplir le véhicule de stocks appropriés de gel alcoolisé pour les mains pour une hygiène fréquente des mains et des EPI recommandés.
    • Apporter des alertes visuelles ou des signes pour encourager les patients à prendre les précautions appropriées en matière de PCI lorsqu’ils sont dans des files d’attente, notamment en maintenant une distance physique d’un mètre avec les autres (selon les recommandations de l’OMSexternal icon, qui sont différentes des recommandations du CDC de plus de 6 pieds [plus de 1,8 mètres]) et d’appliquer une hygiène des mains, une hygiène respiratoire et un contrôle de la toux.
    • Nettoyer et désinfecter les surfaces fréquemment touchées dans le véhicule au début et à la fin de chaque tournée et entre le transport de passagers visiblement malades. Pour les surfaces visiblement souillées, utiliser du savon et de l’eau avant d’appliquer du désinfectant (p. ex., de l’alcool à 70 %).

Note en bas de page

[1]Si ce ne sont pas des procédures génératrices d’aérosols, l’OMS recommandeexternal icon que le personnel de santé fournissant des soins directs aux patients de la COVID-19 portent un masque chirurgical (en plus des autres EPI faisant partie des précautions contre les gouttelettes et les contacts). Le personnel soignant impliqué dans des procédures produisant des aérosols doit porter des masques N95, pas des masques standards.

Références
  1. Considérations opérationnelles pour la gestion des cas de COVID-19 dans les établissements de santé et dans la communauté. Organisation mondiale de la Santé; 2020external icon.
  2. Prévention et contrôle des infections pendant les soins de santé lorsque la maladie à coronavirus (‎COVID-19)‎ est suspectée ou confirmée. Organisation mondiale de la santé; 2021external icon.
  3. Directives sur les composants principaux des programmes pour la prévention et le contrôle des infections au niveau de la structure de soins nationale et de crise. Organisation mondiale de la Santé ; 2016external icon.
  4. Exigences minimales des programmes pour la prévention et le contrôle des infections. Organisation mondiale de la Santé ; 2019external icon.
  5. Standard operating procedure (SOP) for triage of suspected COVID-19 patients in non-U.S. healthcare settings: early identification and prevention of transmission during triage. Centers for Disease Control and Prevention; 2020.
  6. Calculateur pour la vitesse d’utilisation des Équipements de protection individuelle (EPI). Centers for Disease Control and Prevention; 2020.
  7. Utilisation rationnelle des équipements de protection individuelle contre le coronavirus (COVID-19) et considérations en cas de pénurie grave Organisation mondiale de la Santé; 2020external icon.
  8. Considérations opérationnelles pour les équipements de protection individuelle dans le contexte de carence mondiale pour la pandémie de la maladie à coronavirus-2019 (COVID-19) : structures de soins en dehors des États-Unis. Centers for Disease Control and Prevention; 2020.
  9. Nettoyage et désinfection des surfaces environnementales dans le contexte de la COVID-19. Genève: Organisation mondiale de la Santé; 2020external icon.
  10. COVID-19: Étapes pour mettre et enlever l’équipement de protection individuelle (EPI)external icon.
  11. Considérations opérationnelles pour l’identification du personnel soignant et des patients hospitalisés suspectés de COVID-19 dans les structures de soins en dehors des États-Unis. Centers for Disease Control and Prevention; 2020.
  12. Prévention, identification et gestion de l’infection du personnel de santé dans le contexte de la COVID-19. Organisation mondiale de la Santé; 2020external icon.
  13. Considérations pour l’intégration de la prévention et du contrôle dans les mesures nationales anti-pandémiques et la plannification de la réponse contre le coronavirus 2019 (COVID-19). Centers for Disease Control and Prevention; 2020pdf icon.
  14. Prise en charge clinique du COVID-19. Organisation mondiale de la Santé ; 2020external icon.
  15. Utilisation du masque dans le contexte de la COVID-19. Organisation mondiale de la Santé ; 2020external icon.
  16. Maintien des services de santé essentiels : orientations opérationnelles pour le contexte COVID-19. Organisation mondiale de la Santé ; 2020.external icon
  17. Soins à domicile pour les patients atteints de COVID-19 présentant des symptômes légers et gestion de leurs contacts. Organisation mondiale de la Santé ; 2020external icon.
  18. Principes directeurs pour les activités de vaccination pendant la pandémie de COVID-19. Organisation mondiale de la Santé ; 2020pdf iconexternal icon.
  19. Eau, assainissement, hygiène et gestion des déchets pour le SRAS-CoV-2, le virus qui cause le COVID-19. Organisation mondiale de la Santé ; 2020external icon.
  20. Nettoyage, désinfection et ventilation. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes; 2020.
  21. Comment se protéger et protéger les autres. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes; 2020.
  22. Suivi des maladies par SMS. Centres pour le Contrôle et la Prévention des catastrophes; 2020.