Activités prioritaires stratégiques de prévention et de contrôle des infections pour les structures sanitaires situées en dehors des États-Unis

Activités prioritaires stratégiques de prévention et de contrôle des infections pour les structures sanitaires situées en dehors des États-Unis
Updated July 29, 2020

Les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention, CDC) travaillent en étroite collaboration avec des partenaires internationaux pour lutter contre la pandémie de maladie à coronavirus (COVID-19). Les CDC fournissent une assistance technique pour aider d’autres pays à accroître leur capacité à prévenir, détecter et répondre aux menaces sanitaires, y compris le COVID-19.

Ce document est fourni par les CDC et destiné aux structures sanitaires en dehors des États-Unis.

1. Utilisation du document

Ce document est destiné à guider la coordination au niveau national, les établissements de santé et les partenaires d’exécution dans l’examen et la planification des activités de contrôle et de prévention des infections hautement prioritaires pour prévenir la transmission du SARS-CoV-2 (virus du COVID-19) associée aux soins de santé. Certains aspects de ce document sont pertinents pour tous les pays, la priorité étant toutefois accordée aux pays à faibles et moyens revenus soumis à des contraintes de ressources.

L’objectif des activités de contrôle et de prévention des infections dans le contexte de la lutte contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est de soutenir le maintien des services de santé essentiels en prévenant la transmission du SARS-CoV-2 associée aux soins de santé parmi le personnel soignant (PS) et les patients.

Cela nécessite :

  • Une identification rapide des cas suspects
  • Un isolement immédiat dans l’attente de tests
  • Une prise en charge clinique sécurisée
  • Le respect des précautions standard en matière de contrôle et de prévention des infections

Ce document aborde la mise en œuvre de l’identification rapide des cas de COVID-19 dans les établissements de santé à l’origine des décisions futures en matière d’isolement, de dépistage et de prise en charge.

La planification et la coordination des activités doivent être menées en collaboration avec les responsables des interventions d’urgence, en plus des responsables de la santé publique concernés (par exemple, le Ministère de la Santé, les bureaux de santé infranationaux et l’administration des établissements).

Ce document présente des informations spécifiques sur les activités prioritaires à mener autour de l’identification rapide des cas de COVID-19 dans les établissements de santé en fonction de quatre scénarios épidémiologiques différents de transmission du COVID-19. Toutefois, il incombe aux autorités de santé publique et aux établissements de santé nationaux et infranationaux de tous les pays de mener certaines activités essentielles pour soutenir et préparer le démarrage de l’une des activités décrites dans la section 5, quel que soit l’état actuel de transmission du COVID-19 dans le pays.

2. Activités nationales en faveur des activités prioritaires de contrôle et de prévention des infections

Les autorités de santé publique nationales et infranationales jouent un rôle essentiel en favorisant la réalisation d’activités prioritaires de contrôle et de prévention des infections dans les établissements de santé. Les domaines d’intervention spécifiques des autorités nationales et infranationales à privilégier sont les suivants :

  • Élaboration de politiques et d’orientations nationales ou infranationales sur la mise en œuvre des activités prioritaires décrites à la section 5 du présent document dans les établissements de santé (par exemple, dépistage du PS, triage dans les établissements, isolement et cohorte dans les établissements, facilitation des soins à domicile en toute sécurité pour les cas présentant des symptômes légers, déplacement et surveillance du personnel soignant exposé)
  • Collaboration entre le Ministère de la Santé et le personnel chargé du contrôle et de la prévention des infections pour les travaux de planification de la préparation au COVID-19 (par exemple, épidémiologie et laboratoires)
  • Élaboration de plans relatifs aux équipements de protection individuelle (EPI) et aux autres consommables pour le contrôle et la prévention des infections (par exemple, gel hydroalcoolique) en vue de prioriser :
    • Les besoins du système sanitaire
    • L’élaboration de plans de stockage des EPI
    • Le déploiement des stocks en cas de besoin
    • La communication avec les établissements pour assurer la continuité des stocks
  • Évaluation de l’état de préparation du contrôle et de la prévention des infections dans les zones d’hospitalisation des établissements pour les activités prioritaires (décrites dans la section 5) et utilisation de ces informations pour les opérations suivantes :
    • Définir des réseaux nationaux d’orientation pour diriger les cas suspects ou confirmés vers des hôpitaux désignés et préparés
      • Remarque : cette action est particulièrement adaptée pendant la phase de confinement de la réponse (scénarios épidémiologiques 1 et 2 ci-dessous) lorsque les cas épidémiologiquement liés sont relativement peu nombreux
    • Renforcer les zones prioritaires de contrôle et de prévention des infections dans tous les hôpitaux, en commençant par les plus à risque, en prévision d’une transmission communautaire limitée ou généralisée
  • Élaboration de politiques et de procédures nationales visant à éviter que les établissements de santé ne soient submergés par l’afflux de cas suspects de COVID-19, en particulier les cas bénins. Celles-ci doivent inclure :
    • L’examen des capacités de triage à distance pour les cas suspects de COVID-19 par le biais de lignes directes, de téléconsultations ou d’autres modalités
    • La communication avec les cas de COVID-19 symptomatiques connus afin d’alerter les autorités désignées avant toute présentation pour une consultation
    • L’élaboration de communications à ce sujet à destination des établissements de santé et de la population générale (par exemple, nécessité de rester à la maison sauf soins nécessaires)
  • La disponibilité des tests de laboratoire pour le COVID-19 à travers le pays et la mise en relation avec les établissements de santé qui peuvent avoir besoin de tests
  • L’élaboration de supports de formation sur les activités prioritaires de contrôle et de prévention des infections pour prévenir la propagation du COVID-19 associée aux soins de santé
    • La diffusion des supports de formation aux sociétés, aux autorités sanitaires infranationales, aux établissements de santé et au personnel soignant en première ligne

3. Activités principales de contrôle et de prévention des infections dans les établissements, quel que soit le scénario épidémiologique

  • Élaborer des plans pour mettre en œuvre les actions décrites à la section 5 afin de prévenir la propagation des infections respiratoires aiguës (IRA), telles que le COVID-19, dans l’établissement
  • Élaborer des procédures opérationnelles standard (POS) pour le nettoyage de l’environnement, en particulier pour les zones de triage et d’isolement où seront placés les patients suspects ou confirmés COVID-19
  • Élaborer des plans de dotation en personnel afin de doter les zones d’isolement d’effectifs suffisants et déterminer s’il est possible de regrouper le personnel en cohorte
  • Élaborer des plans d’urgence en cas de pénurie d’EPI et d’autres consommables pour le contrôle et la prévention des infections (par exemple, gel hydroalcoolique) en collaboration avec les autorités de santé publique nationales et infranationales
  • Élaborer des plans de communication pour assurer une communication interne et externe adéquate concernant le COVID-19
  • Sensibiliser le PS, les patients et les visiteurs aux signes et symptômes du COVID-19 et aux protocoles de contrôle et de prévention des infections requis
  • Mettre en œuvre des politiques de restriction des visites (par exemple, limiter les visites des personnes souffrant d’IRA)
  • Développer des politiques pour identifier et stratifier les risques relatifs au PS exposé aux cas de COVID-19 et surveiller leurs déplacements et la reprise du travail
  • Établir des canaux de communication entre les établissements de santé et les autorités de santé publique qui peuvent faciliter les liens avec les analyses de laboratoire et l’épidémiologie/la recherche des contacts

4. Scénarios épidémiologiques

  1. Aucun cas connu dans le pays
  2. Cas confirmés, mais pas de transmission communautaire connue
    1. Si des cas secondaires sont présents, ils sont tous liés à d’autres cas confirmés
  3. Cas confirmés, transmission communautaire limitée
    1. Nombre limité de cas non liés identifiés dans la population
  4. Cas confirmés, transmission communautaire généralisée
    1. Nombreux cas non liés identifiés dans la population

Remarque: le scénario peut être différent selon les zones géographiques du pays. Le Ministère de la Santé, en coordination avec les parties prenantes concernées, doit examiner la pertinence et la faisabilité de l’application d’un unique ensemble d’activités de contrôle et de prévention des infections prioritaires à travers le pays, en fonction du scénario de transmission le plus grave rencontré, par opposition à la mise en œuvre de plusieurs ensembles d’activités de contrôle et de prévention des infections prioritaires dans des unités géographiques différemment touchées. L’expérience a montré lors de cette pandémie que dès qu’une région présente le scénario 2 (cas confirmés, pas de transmission connue dans la population), des stratégies agressives de dépistage des infections respiratoires non diagnostiquées peuvent rapidement révéler une transmission communautaire sous-jacente. Il peut en résulter une progression rapide vers le scénario 4 (transmission communautaire généralisée), parfois en à peine une semaine. Il est donc absolument essentiel que les pays se préparent activement à de futurs scénarios épidémiologiques tout en mettant en œuvre des actions adaptées à la situation actuelle. Le Ministère de la Santé et les établissements de santé doivent agir rapidement une fois les cas identifiés pour prévenir et se préparer au scénario 4 (transmission communautaire généralisée).

5. Activités de contrôle et de prévention des infections prioritaires pour la prévention et le confinement des cas de COVID-19 en fonction du scénario épidémiologique

Prioritized IPC activities for prevention and containment of COVID-19 cases, by epidemiologic scenario
Domaine Activités prioritaires Justifications
Scénario 1 : Aucun cas connu dans le pays
Restrictions pour le personnel soignant suspect de COVID-19
  • Identification passive du PS atteint d’IRA dans les établissements de santé hospitaliers et ambulatoires
  • Rappeler au personnel de ne pas venir travailler en cas de maladie, notamment d’IRA
Les membres du PS peuvent propager le COVID-19 dans l’établissement de santé s’ils n’ont pas été identifiés en tant que cas connus. Il peut s’agir d’un indicateur précoce à moyen de l’introduction du COVID-19 dans le système de santé.
Identification des patients hospitalisés suspects de COVID-19
  • Encourager le personnel à maintenir une forte suspicion de COVID-19 s’il voit des patients hospitalisés présentant des symptômes compatibles et aucune autre étiologie claire de la maladie ET à s’enquérir de tout lien épidémiologique (par exemple, antécédents de voyage, contact avec un cas confirmé).
Le dépistage systématique des patients hospitalisés est une activité exigeante en ressources et les pneumonies associées aux IRA/aux soins de santé sont courantes. Cependant, il est important que les cliniciens maintiennent un niveau élevé de suspicion de COVID-19 lorsqu’il existe une présentation compatible et qu’ils s’enquièrent de tout lien épidémiologique car cela peut être un signe précoce d’introduction dans l’établissement de santé.
Triage lors de la première visite dans un établissement de santé
  • Renforcer le contrôle et la prévention des infections pendant le triage de routine pour garantir l’application des mesures de précaution standard (par exemple, hygiène des mains, hygiène respiratoire) et la séparation des patients atteints d’IRA des autres patients dans la salle d’attente/la zone de triage.
  • Encourager le personnel d’accueil et médical à maintenir un niveau élevé de suspicion de COVID-19 en présence de patients présentant des symptômes, en cas de voyage dans un pays où la transmission communautaire est généralisée ou en cas de contact avec un cas confirmé de COVID-19.
Le dépistage systématique du COVID-19 dans tous les établissements de santé d’un pays ne recensant aucun cas connu est une activité exigeante en ressources et à faible retour sur investissement (c’est-à-dire que la probabilité d’identifier un cas confirmé est faible).

Les analyses de laboratoire limitées peuvent rendre très difficile la mise en œuvre d’un triage systématique pour le COVID-19 dans les établissements hospitaliers des pays qui ne recensent aucun cas connu.

Scénario 2 : Cas confirmés, mais pas de transmission communautaire connue
Restrictions pour le personnel soignant suspect de COVID-19
  • Même scénario que le scénario 1, avec une détection améliorée (par exemple, politique exigeant des membres du PS qu’ils appellent leur superviseur en cas de maladie ou que ce dernier signale leur absence au travail).
Dès que des cas ont été identifiés dans un pays, l’identification du PS malade devient nécessaire.
Identification des patients hospitalisés suspects de COVID-19
  • Même chose que le scénario 1, avec une détection passive améliorée si possible (p. ex. rappels quotidiens aux cliniciens d’envisager la présence de COVID-19 chez les patients hospitalisés)
L’identification des foyers d’IRA au sein d’un établissement de santé s’appuie sur l’épidémiologie des soins de santé qui devrait être en cours dans les hôpitaux pour l’examen des foyers d’infections dans le temps et l’espace. Pendant l’épidémie de COVID-19, une attention particulière doit être accordée aux foyers d’IRA chez les patients hospitalisés et qui pourraient suggérer une transmission du COVID-19 associée aux soins de santé
Triage lors de la première visite dans un établissement de santé
  • Renforcer le triage de base comme dans le scénario 1
  • Renforcer les liens avec les équipes de recherche des contacts afin de garantir que les contacts des cas de COVID-19 connus puissent accéder aux centres de santé désignés s’ils deviennent symptomatiques, afin d’éviter que des contacts symptomatiques connus ne se présentent dans des établissements de santé non préparés.
À ce stade, il convient de veiller à ce que les contacts symptomatiques des cas confirmés soient orientés vers des établissements de santé prêts à les recevoir.

Cette activité est prioritaire et empêche les patients atteints de COVID-19 de se présenter dans un établissement de santé sans avoir été identifiés. La réalisation d’un triage systématique généralisé des cas de COVID-19 dans les établissements de santé lorsque les cas sont tous liés épidémiologiquement est moins prioritaire.

Limiter l’entrée des visiteurs suspects de COVID-19
  • Mettre en œuvre des politiques visant à limiter les visites aux patients atteints d’IRA admis dans les établissements de santé
  • Détection passive des visiteurs malades, par exemple, encouragement des visiteurs à ne pas entrer dans l’établissement s’ils sont atteints d’IRA
Les visiteurs des établissements de santé peuvent introduire le COVID-19, en particulier lors d’un contact rapproché avec des patients suspects de COVID-19
Scénario 3: Cas confirmés, transmission communautaire limitée
Restrictions pour le personnel soignant suspect de COVID-19
  • Même scénario que le scénario 2 ET dans les établissements à haut risque, envisager la mise en œuvre d’un dépistage actif pour identifier le PS atteint d’IRA avant la prise de service
Avec l’élargissement de la transmission, il est de plus en plus utile d’encourager le dépistage actif du PS, d’autant plus que la transmission communautaire se généralise et que le personnel soignant est de plus en plus susceptible d’entrer en contact avec des cas en dehors de l’établissement de santé
Identification des patients hospitalisés suspects de COVID-19
  • Même scénario que le scénario 2
Même justification que dans le scénario 2 ci-dessus.
Triage lors de la première visite dans un établissement de santé
  • Renforcer le contrôle et la prévention des infections pendant le triage de routine comme dans le scénario 1
  • Dépistage systématique des patients se présentant dans un établissement de santé pour identifier les cas suspects de COVID-19 selon la définition de cas de l’OMS ou celle du pays
Une fois qu’il existe une transmission non liée documentée dans le pays ou la région géographique, la possibilité de s’appuyer sur l’identification des contacts symptomatiques et l’envoi vers des établissements préparés est une stratégie moins efficace pour empêcher les cas de COVID-19 non identifiés d’entrer dans un établissement de santé.

Le triage systématique doit être effectué à grande échelle dans les établissements ayant accès aux analyses de laboratoire afin de permettre la confirmation rapide des cas aux fins d’isolement.

Dans les zones dépourvues de capacités d’analyse en laboratoire, le triage systématique ne doit être effectué que dans les établissements à haut risque (par exemple, ceux où la probabilité d’avoir des cas est élevée) et qui peuvent envisager d’utiliser une définition de cas très spécifique (pour éviter que des cas de COVID-19 soient isolés avec des cas négatifs)

Limiter l’entrée des visiteurs suspects de COVID-19
  • Restrictions concernant les visiteurs identiques à celles du scénario 1, envisager d’étendre la mesure au refus des visites pour tous les patients hospitalisés
  • Envisager la mise en œuvre d’un dépistage actif des visiteurs atteints d’IRA avec un refus d’entrée pour les visiteurs malades
Les visiteurs des établissements de santé peuvent introduire le COVID-19, en particulier lors d’un contact rapproché avec des patients suspects de COVID-19
Scénario 4 : Cas confirmés, transmission communautaire généralisée
Restrictions pour le personnel soignant suspect de COVID-19
  • Dépistage actif pour identifier le PS malade avant la prise de service
En cas de transmission communautaire généralisée, comme lors des précédentes épidémies de maladies infectieuses émergentes, le PS court un risque élevé de contracter le virus. Dans ce scénario, le PS doit être activement contrôlé avant la prise de service afin d’éviter la transmission du COVID-19 en cas de maladie.
Identification des patients hospitalisés suspects de COVID-19
  • Même chose que pour le scénario 2 avec dépistage du COVID-19 chez les patients hospitalisés, si les ressources le permettent.
En cas de transmission communautaire accrue, la probabilité de passer à côté de patients atteints de COVID-19 lors du triage augmente, tout comme la probabilité de transmission associée aux soins de santé. Il convient donc d’accorder une attention accrue aux cas isolés éventuels de COVID-19 survenant chez des patients hospitalisés.
Triage lors de la première visite dans un établissement de santé
  • Renforcer le contrôle et la prévention des infections pendant le triage de base comme dans le scénario 1
  • Évaluation systématique de chaque patient au triage, comme indiqué dans le scénario 3
En cas de transmission communautaire généralisée, la probabilité d’être confronté à des cas positifs au triage est extrêmement élevée. Une priorité particulière doit être accordée à la mise en œuvre du triage fonctionnel lors de la première visite dans un établissement de santé. Cette mesure constitue un défi dans les endroits qui n’ont pas accès à des laboratoires.
Limiter l’entrée des visiteurs suspects de COVID-19
  • Dépistage actif de tous les visiteurs à l’hôpital pour les maladies indicatives de COVID-19 et refus d’admission des visiteurs malades
Les visiteurs des établissements de santé peuvent introduire le COVID-19, en particulier lors d’un contact rapproché avec des patients suspects de COVID-19

1 Les établissements à haut risque doivent être définis par les autorités de santé publique en tenant compte de la proximité des établissements ou des populations présentant des cas de COVID-19 identifiés, y compris ceux qui se trouvent au-delà des frontières administratives ou internationales, et en donnant la priorité aux établissements qui accueillent un grand nombre de patients à haut risque de COVID-19 et où l’introduction de cette méthode serait très perturbatrice (par exemple, les hôpitaux centraux)

6. Considérations supplémentaires pour les établissements hospitaliers où sont admis des cas confirmés de COVID-19

Quel que soit le scénario épidémiologique d’un pays, dès qu’un établissement hospitalier accueille des cas suspects ou confirmés de COVID-19, des précautions spécifiques de contrôle et de prévention des infections relatives à l’isolement s’appliquent. Ces dernières sont définies par l’Organisation mondiale de la santé et accessibles via les liens ci-dessous. Conformément au présent document, les établissements ayant des cas confirmés peuvent avoir besoin de mener des activités prioritaires issues d’autres scénarios épidémiologiques, même si ces scénarios ne représentent pas la situation de COVID-19 à l’échelle nationale. Ces activités peuvent inclure, par exemple, le dépistage actif des signes et symptômes du COVID-19 chez le personnel soignant dans un hôpital ayant des cas confirmés de COVID-19, bien que cette activité ne figure pas dans la liste des activités prioritaires de routine correspondant au scénario épidémiologique du pays.

7. Ressources supplémentaires relatives au contrôle et à la prévention des infections et au COVID-19

Préparation au niveau national (OMS) : https://www.who.int/publications-detail/national-capacities-review-tool-for-a-novelcoronavirusicône externeexternal icon

Préparation des établissements (CDC) : https://www.cdc.gov/coronavirus/2019-ncov/hcp/preparedness-checklists.html

Définition de la surveillance dans le contexte de COVID-19 de l’OMS : https://www.who.int/publications-detail/global-surveillance-for-human-infection-with-novel-coronavirus-(2019-ncov)icône externeexternal icon

Directives de l’OMS sur le contrôle et la prévention des infections : https://www.who.int/emergencies/diseases/novel-coronavirus-2019/technical-guidance/infection-prevention-and-controlicône externeexternal icon

Liste de contrôle de l’OMS pour la planification de la lutte contre la grippe pandémique (voir section 4.0) : https://www.who.int/influenza/preparedness/pandemic/influenza_risk_management_checklist_2018/en/icône externeexternal icon

8. Remerciements

Le CDC tient à remercier April Baller, MD, responsable de la prévention et du contrôle des infections du Programme d’urgence sanitaire mondial et Maria Clara Padoveze RN, PhD, responsable technique de l’unité de prévention et de contrôle des infections de l’Organisation mondiale de la santé.