Skip directly to search Skip directly to A to Z list Skip directly to page options Skip directly to site content

NIOSHTIC-2 Publications Search

Search Results

Pratiques générales de prévention des risques dans le cadre du travail avec des nanomatériaux manufacturés dans les laboratoires de recherche.

Authors
NIOSH
Source
Cincinnati, OH: U.S. Département de la Santé et des Services Humanitaires, Service de Santé Publique, Centres de Prévention et de Contrôle des Maladies, Institut National pour la Sécurité et la Santé sur les lieux de Travail, DHHS (NIOSH) Publication n°. 2012-147Fr, 2012 Mai; :1-42
NIOSHTIC No.
20042349
Abstract
Les nanotechnologies, la manipulation de matières à l'échelle nanométrique pour produire de nouveaux matériaux, de nouvelles structures et des dispositifs ayant des propriétés nouvelles, révolutionneront peut-être notre vie future. Elles pourraient changer la médecine en améliorant les diagnostics de maladies et les technologies de traitement, et transformer la fabrication en créant des produits plus petits, plus légers, plus solides, et plus efficaces. Les nanotechnologies pourraient diminuer l'impact de la pollution en optimisant les méthodes de purification de l'eau ou de conservation de l'énergie. Bien que les nanomatériaux manufacturés présentent des possibilités apparemment illimitées, ils apportent avec eux de nouveaux défis pour identifier et maîtriser les risques de sécurité et sanitaires potentiels auxquels sont exposés les travailleurs. Le fait qu'un nombre croissant de données démontre que l'exposition professionnelle à certains nanomatériaux manufacturés peut avoir des effets néfastes sur la santé est particulièrement préoccupant. Comme pour toute nouvelle technologie ou tous nouveaux matériaux, les travailleurs qui effectuent les recherches exploratoires dans les laboratoires ou qui développent des procédés de production dans des usines pilotes sont les premiers exposés. Le milieu de la recherche est en première ligne pour la création de ces nouveaux nanomatériaux, testant leur utilité dans une variété d'applications, et déterminant leurs effets toxicologiques et environnementaux. Les chercheurs manipulant des nanomatériaux manufacturés dans les laboratoires doivent le faire d'une manière qui protège leur sécurité et leur santé. Ces recommandations présentent les meilleures informations actuellement disponibles sur les contrôles techniques et les pratiques sécurisées sur le lieu de travail à suivre lors d'activités impliquant des nanomatériaux manufacturés dans les laboratoires de recherche. Gestion des risques: La gestion des risques fait partie intégrante de la santé et de la sécurité sur le lieu de travail. L'exposition potentielle aux nanomatériaux dans les laboratoires de recherche peut être maîtrisée à l'aide d'un programme de gestion des risques souple et adaptable. Un programme efficace établit le cadre permettant d'anticiper l'utilisation croissante de cette technologie en laboratoire, de reconnaître les dangers potentiels, d'évaluer l'exposition aux nanomatériaux, de développer des contrôles pour prévenir ou minimiser l'exposition, et de confirmer l'efficacité de ces contrôles. Identification des dangers: Des études expérimentales chez l'animal indiquent que l'exposition aux nanomatériaux peut produire des effets néfastes sur la santé. Des études expérimentales chez les rongeurs et sur des cultures cellulaires ont montré que la toxicité de particules ultrafines, ou de nanoparticules, est supérieure à la toxicité produite par la même masse de particules de même composition chimique, mais d'une taille plus importante. La recherche démontre que l'inhalation est une voie importante d'exposition aux nanomatériaux. Les résultats d'études animales indiquent que les nanoparticules inhalées peuvent se déposer au fond des tissus pulmonaires, ce qui pourrait altérer la fonction pulmonaire. Selon certaines théories, les nanoparticules pourraient pénétrer dans le sang à travers les poumons et accéder ainsi à d'autres organes. L'exposition cutanée aux nanomatériaux et leur pénétration en résultant pourraient avoir des conséquences locales ou systémiques. L'ingestion est une troisième voie d'exposition possible. On connaît mal les effets néfastes que pourrait provoquer l'ingestion de nanomatériaux, bien que certaines données suggèrent que les particules de taille nanométrique sont capables de traverser la paroi intestinale. Évaluation de l'exposition: L'évaluation de l'exposition est un élément clé pour l'établissement d'un programme de gestion des risques efficace. L'évaluation de l'exposition doit déterminer les tâches qui contribuent à l'exposition aux nanomatériaux et les travailleurs qui effectuent ces tâches. Un inventaire des tâches susceptibles d'entraîner une exposition doit être dressé et inclure des informations sur leur durée et leur fréquence, ainsi que la quantité de matière manipulée, l'aptitude des nanomatériaux à former des poussières, et leur forme physique. Les mesures d'évaluation de l'exposition qui permettront de déterminer le type de contrôles nécessaires pour limiter l'exposition découleront de la compréhension approfondie du potentiel d'exposition. Contrôle de l'exposition: Le contrôle de l'exposition est l'utilisation d'un ensemble d'outils ou de stratégies visant à réduire ou à supprimer l'exposition des travailleurs à un agent particulier. Le contrôle de l'exposition repose sur une hiérarchie standard qui comprend (par ordre de priorité) : l'élimination, la substitution, l'isolement, les contrôles techniques, les contrôles administratifs, ou si aucune autre option n'est disponible, l'équipement de protection individuelle (EPP). La substitution ou l'élimination est souvent impraticable pour les travailleurs qui effectuent des recherches sur les nanomatériaux, mais il est parfois possible de modifier certains aspects de la forme physique du nanomatériau ou le processus de façon à réduire la diffusion des nanomatériaux. L'isolement comprend la séparation et le confinement d'un processus ou d'un équipement, soit en le plaçant dans une zone séparée du travailleur ou en le mettant dans une enceinte abritant tous les nanomatériaux susceptibles d'être diffusés. Les contrôles techniques comprennent toutes modifications physiques apportées au processus réduisant les émissions ou l'exposition à la matière confinée ou contrôlée. La ventilation est une forme de contrôle technique qui peut être utilisée pour réduire l'exposition professionnelle aux particules en suspension dans l'air. Le système de ventilation général (General exhaust ventilation, GEV), également connu sous le nom de ventilation par dilution, permet la libération du contaminant dans l'atmosphère du lieu de travail, puis dilue sa concentration à un niveau acceptable. Un GEV seul n'est pas un contrôle acceptable pour les nanomatériaux manufacturés ou tout autre produit chimique nouveau non caractérisé. Un système de ventilation locale par aspiration (VLA), par exemple une hotte chimique standard de laboratoire (anciennement connue sous le nom de sorbonne de laboratoire), capte les émissions à la source et supprime ainsi les contaminants de l'environnement professionnel immédiat. L'utilisation adéquate de types de VLA judicieusement choisis est appropriée pour le contrôle des nanomatériaux manufacturés. Les contrôles administratifs peuvent limiter l'exposition des travailleurs au moyen de techniques telles que la rotation des horaires des postes qui permet de réduire la période d'exposition d'un individu à une substance. Les contrôles administratifs peuvent comprendre des procédures normalisées d'exploitation, des procédures de nettoyage globales ou spécialisées, la prévention et la maîtrise des déversements, et l'étiquetage et le stockage adéquats des nanomatériaux. La formation des employés à l'utilisation et à la manipulation correctes des nanomatériaux constitue également une fonction administrative importante. Les EPP créent une barrière entre les travailleurs et les nanomatériaux visant à réduire les expositions. Les EPP comprennent : blouses de laboratoire, vêtements imperméables, chaussures fermées, pantalons longs, lunettes de sécurité, masques, gants imperméables, et appareils respiratoires. Autres considérations: La vérification ou la confirmation des contrôles est essentielle pour s'assurer que les outils ou les stratégies mis en place fonctionnent comme prévu. La vérification des contrôles peut être effectuée par des méthodes d'échantillonnage sanitaire industriel classiques, y compris le recueil d'échantillons dans les locaux, l'échantillonnage auprès d'individus, et les mesures en temps réel. La vérification des contrôles peut également se faire en surveillant les paramètres de performance des dispositifs de contrôle pour s'assurer que les critères de conception et de performance sont satisfaits. Les incendies et les explosions constituent aussi des considérations importantes pour une gestion efficace des risques d'exposition aux nanomatériaux. Certaines études indiquent que les nanomatériaux auraient plus tendance à exploser et à brûler que des particules de taille supérieure à une concentration massique équivalente. La surveillance de la santé au travail vise à identifier les risques éventuels de blessures et de maladies ; elle est recommandée comme élément essentiel d'un programme efficace de gestion des risques. Il est prudent de soumettre les travailleurs à un dépistage médical de base, qui devrait être mené sous la supervision d'un professionnel de la santé qualifié. Pour accéder à ce rapport, cliquez ici.
Keywords
Nanotechnology; Laboratory-work; Laboratory-workers; Laboratories; Engineering-controls; Control-technology; Exposure-assessment; Risk-analysis; Ventilation
Publication Date
20120501
Document Type
Numbered Publication
Fiscal Year
2012
NTIS Accession No.
NTIS Price
Identifying No.
(NIOSH) 2012-147Fr
NIOSH Division
EID; DRDS
Priority Area
Manufacturing
Source Name
Institut National pour la Sécurité et la Santé sur les lieux de Travail
State
OH; MA
TOP