Fiches Internationales de Sécurité Chimique

DIISOBUTYLAMINE ICSC: 1442

N,N-Bis(2-méthylpropyl)amine
1-Propanamine, 2-méthyl-N-(2-méthylpropyl)-
2-Méthyl-N-(2-méthylpropyl)-1-propanamine
C8H19N / CH3CH(CH3)CH2NHCH2CH(CH3)CH3
Masse moléculaire: 129.3
N° ICSC : 1442
N° CAS : 110-96-3
N° RTECS : TX1750000
N° ONU : 2361
09.10.2002 Revu en réunion
TYPES DE RISQUES/ EXPOSITIONS RISQUES/ SYMPTOMES AIGUS PREVENTION PREMIER SECOURS/
AGENTS D'EXTINCTION
INCENDIE Inflammable. Emission de fumées (ou de gaz) irritantes ou toxiques lors d'incendie.
PAS de flammes nues, PAS d'étincelles et interdiction de fumer. PAS de contact avec les agents oxydants.
Poudre, mousse résistant aux alcools, eau pulvérisée, dioxyde de carbone.
EXPLOSION Au-dessus de 29°C, des mélanges air/vapeur explosifs peuvent se former.
Au-dessus de 29°C, système en vase clos, ventilation et équipement électrique protégé contre les explosions.
En cas d'incendie: maintenir les fûts, etc., à basse température en les arrosant d'eau.
CONTACT PHYSIQUE
EVITER LA FORMATION DE BROUILLARDS! EVITER TOUT CONTACT!
DANS TOUS LES CAS, CONSULTER UN MEDECIN!
  • INHALATION
  • Sensation de brûlure. Toux. Mal de gorge. Respiration difficile. Essoufflement. Symptômes d'effets retardés (voir Notes).
    Ventilation, aspiration locale ou protection respiratoire.
    Air frais, repos. Position semi-assise. Respiration artificielle si nécessaire. Consulter un médecin.
  • PEAU
  • Rougeur. Douleur. Brûlures cutanées.
    Gants de protection. Vêtements de protection.
    Rincer d'abord abondamment à l'eau, puis retirer les vêtements contaminés, et rincer de nouveau. Consulter un médecin.
  • YEUX
  • Rougeur. Douleur. Brûlures profondes graves.
    Ecran facial ou protection oculaire associée à une protection respiratoire.
    Rincer d'abord abondamment à l'eau pendant plusieurs minutes (retirer si possible les lentilles de contact), puis consulter un médecin.
  • INGESTION
  • Sensation de brûlure. Douleurs abdominales. Choc ou collapsus.
    Ne pas manger, ne pas boire ni fumer pendant le travail.
    Rincer la bouche. Faire boire beaucoup d'eau. NE PAS faire vomir. Consulter un médecin.
    DEVERSEMENTS & FUITES STOCKAGE CONDITIONNEMENT & ETIQUETAGE
    Ecarter toute source d'ignition. Recueillir le liquide répandu autant que possible dans des récipients hermétiques. Absorber le liquide restant avec du sable ou avec un absorbant inerte et emporter en lieu sûr. Laver les résidus abondamment à l'eau. NE PAS rejeter à l'égout. NE PAS laisser ce produit contaminer l'environnement. (Protection individuelle spéciale: tenue de protection complète comprenant un appareil de protection respiratoire autonome).
    A l'épreuve du feu. Séparer des aliments et des produits alimentaires, des oxydants forts et des acides forts.
    Ne pas transporter avec des aliments ni des produits alimentaires. Récipient incassable; mettre les récipients fragiles dans un emballage incassable fermé.
    R:
    S:
    Classe de danger ONU: 3
    Classe de danger subsidiaire ONU: 8
    Classe d'emballage ONU: III
    VOIR IMPORTANTES INFORMATIONS AU DOS
    ICSC: 1442 Préparé dans le cadre de la coopération entre le Programme International sur la Sécurité Chimique et la Commission Européenne (C) 1999

    Fiches Internationales de Sécurité Chimique

    DIISOBUTYLAMINE ICSC: 1442
    D

    O

    N

    N

    E

    E

    S



    I

    M

    P

    O

    R

    T

    A

    N

    T

    E

    S
    ASPECT PHYSIQUE; APPARENCE:
    LIQUIDE INCOLORE , D'ODEUR CARACTERISTIQUE.

    DANGERS PHYSIQUES:


    DANGERS CHIMIQUES:
    La substance se décompose en brûlant , produisant des fumées toxiques comprenant des oxydes d'azote . La substance est une base moyennement forte. Réagit avec les acides et les oxydants en provoquant des risques d'incendie et d'explosion. Attaque le cuivre, le zinc et leurs alliages, l'aluminum et l'acier galvanisé. Les solutions aqueuses attaquent lentement le verre.

    LIMITES D'EXPOSITION PROFESSIONNELLE (LEP):
    Pas de TLV établie.


    VOIES D'EXPOSITION:
    La substance peut être absorbée par l'organisme par inhalation , à travers la peau et par ingestion.

    RISQUE D'INHALATION:
    Aucune indication ne peut être donnée sur la vitesse à laquelle une concentration dangereuse dans l'air est atteinte lors de l'évaporation de cette substance à 20°C.

    EFFETS DES EXPOSITIONS DE COURTE DUREE:
    La substance est corrosive pour les yeux , la peau et les voies respiratoires. Corrosive par ingestion. L'inhalation peut causer un oedème pulmonaire (voir Notes). Les effets peuvent être retardés. L'observation médicale est conseillée.

    EFFETS DES EXPOSITIONS PROLONGEES OU REPETEES:
    PROPRIETES
    PHYSIQUES
    Point d'ébullition : 140°C
    Point de fusion : -74°C
    Densité relative (eau = 1) : 0.75
    Solubilité dans l'eau à 25°C : 0.22 g/100 ml
    Tension de vapeur à 25°C : 0.97 kPa
    Densité de vapeur relative (air = 1) : 4.5
    Densité relative du mélange air/vapeur à 20°C (air = 1) : 1.03
    Point d'éclair : 29 °C (c.f.)
    Coefficient de partage octanol/eau tel que log Poe : 2.84/3.04
    DONNEES
    ENVIRONNEMENTALES
    La substance est nocive pour les organismes aquatiques.
    N O T E S
    Les symptômes de l'oedème pulmonaire ne se manifestent souvent qu'après quelques heures et sont aggravés par l'effort physique. Le repos et la surveillance médicale sont par conséquent essentiels. L'administration immédiate d'une thérapie inhalatoire appropriée (par ex., aérosol) devrait être envisagée par un médecin ou par une personne habilitée par lui.
    Code NFPA: H 3; F 3; R 0.

    Carte de données d'urgence pour le transport: TREMCARD (R)-30GFC-III
    .
    AUTRES INFORMATIONS
    Valeurs limites d'exposition professionnelle d'application en Belgique.
    ICSC: 1442 DIISOBUTYLAMINE
    (C) PISSC, CCE, 1999
    NOTICE LEGALE IMPORTANTE: La CCE de même que le PISSC, les traducteurs ou toute personne agissant au nom de la CCE ou du PISSC ne sont pas responsables de l'utilisation qui pourrait être faite de cette information. Cette fiche exprime l'avis du comité de révision du PISSC et peut ne pas toujours refléter les recommandations de la législation nationale en la matière. L'utilisateur est donc invité à vérifier la conformité des fiches avec les prescriptions en usage dans son pays.