Skip Navigation Links
Centers for Disease Control and Prevention
 CDC Home Search Health Topics A-Z

Preventing Chronic Disease: Public Health Research, Practice and Policy

View Current Issue
Issue Archive
Archivo de números en español








Emerging Infectious Diseases Journal
MMWR


 Home 

Volume 5 : N° 1, Janvier 2008

SUJETS SPÉCIAUX
Manger, un comportement automatique


TABLE DES MATIÈRES


Translation available Cet article est en anglais
Print this article Imprimer cet article
E-mail this article Envoyer cet article
par courriel



Send feedback to editors Envoyer des commentaires aux éditeurs

Deborah A. Cohen, MD, MPH, Thomas A. Farley, MD, MPH

Référence suggérée pour cet article : Cohen DA, Farley TA. Manger, un comportement automatique. Prev Chronic Dis 2008;5(1).  http://www.cdc.gov/pcd/issues/2008/
jan/07_0046_fr.htm
. Consulté le [date].

ÉVALUÉ PAR LES PAIRS

Résumé

L'expansion continuelle de l'épidémie d'obésité à une époque où l'on ne manque aucune occasion de stigmatiser l'obésité devrait nous inciter à remettre en question la thèse selon laquelle des individus, dûment informés et motivés, peuvent parvenir à réduire leur consommation alimentaire sur le long terme. Une autre perspective consiste à concevoir l'acte de manger comme un comportement automatique sur lequel l'environnement a un empire plus redoutable que n'en a la volonté humaine. Un comportement automatique est un comportement inconscient, non intentionnel, qui tend à échapper à tout contrôle et se concrétise de manière intempestive, voire en ne demandant qu'un effort minimum. 

Cette perception de la nutrition comme un comportement automatique est étayée par diverses études démontrant l'impact du contexte environnemental et de la présentation de la nourriture sur l'alimentation. La quantité de nourriture ingérée est fortement influencée par le volume de la portion, la visibilité et la mise en relief de l'aliment et la facilité d'obtention de la nourriture. En outre, les gens ont rarement conscience de la quantité de nourriture qu'ils ont ingérée et de l'impact de l'environnement sur leur alimentation. Cette nouvelle conception de l'alimentation comme un comportement automatique, par opposition à la théorie de la capacité d'autorégulation supposée de l'être humain, a de lourdes implications sur notre réponse à l'épidémie d'obésité et suggère que l'accent doit davantage être mis sur la refonte de l'environnement alimentaire que sur l'éducation nutritionnelle. 

 

 



 



The opinions expressed by authors contributing to this journal do not necessarily reflect the opinions of the U.S. Department of Health and Human Services, the Public Health Service, the Centers for Disease Control and Prevention, or the authors’ affiliated institutions. Use of trade names is for identification only and does not imply endorsement by any of the groups named above.


 Home 

Privacy Policy | Accessibility

CDC Home | Search | Health Topics A-Z

This page last reviewed March 22, 2013

Centers for Disease Control and Prevention
National Center for Chronic Disease Prevention and Health Promotion
 HHS logoUnited States Department of
Health and Human Services